Actualisé

Guerre sainteUn djihadiste romand est parti se battre en Syrie

De retour en Suisse, il est désormais sous le coup d'une enquête pour soutien à une organisation terroriste.

par
Alexandre Haederli
Daniel Glaus
Nicolas, fils de notables vaudois, s'est rendu à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem en 2013. Quelques mois plus tard, il est parti mener la «guerre sainte» en Syrie.

Nicolas, fils de notables vaudois, s'est rendu à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem en 2013. Quelques mois plus tard, il est parti mener la «guerre sainte» en Syrie.

DR

Un Vaudois est parti mener la guerre sainte contre le régime de Bachar el-Assad. Il s'agit du premier cas connu d'un citoyen suisse parti avec l'intention de faire la guerre en Syrie aux côtés de groupes islamiques. «Je serai formé à me battre, avec différentes armes, contre les forces armées de Assad, mais je m'efforcerai de faire mon possible pour ne pas toucher des civils, victimes du conflit actuel», a-t-il notamment écrit par e-mail à ses parents juste avant d'entrer en Syrie. Après trois mois sur place, le jeune homme est désormais de retour en Suisse.

Le Ministère public de la Confédération confirme avoir ouvert une procédure pénale pour «présomption de soutien et/ou de participation à une organisation criminelle, qui se trouve être en l'occurrence une organisation terroriste». L'enquête en cours concerne un ressortissant suisse d'une trentaine d'années environ, habitant en Suisse romande et parti en Syrie en décembre 2013.

Fils de notable vaudois

«Le Matin Dimanche» a pu retracer le parcours de ce jeune homme, fils d'une famille de notables vaudois: sa récente conversion à l'islam, sa préparation au départ et son mystérieux retour.

Pour en savoir plus, consultez la nouvelle application Le Matin Dimanche sur iPad ou notre E-Paper pour une lecture sur votre ordinateur personnel.

Votre opinion