Un Egyptien refuse la main tendue de son adversaire israélien

Publié

Un Egyptien refuse la main tendue de son adversaire israélien

Islam El Shehaby s'est attiré les sifflets de l'Arena Carioca 2 en refusant de saluer son adversaire Or Sasson après avoir perdu en huitième de finale.

Islam El Shehaby n'a pas voulu serrer la main d'Or Sasson.

Islam El Shehaby n'a pas voulu serrer la main d'Or Sasson.

Keystone

Le judoka égyptien Islam El Shehaby, battu vendredi en huitièmes de finale des +100 kg aux jeux Olympiques de Rio, a déclenché un incident sur le tatami en refusant après le combat de serrer la main de son vainqueur, l'Israélien Or Sasson.

Battu sur ippon, El Shehaby a refusé la main tendue que lui offrait Sasson, s'attirant des sifflets nourris du public de l'Arena Carioca 2. Il a également refusé d'effectuer le traditionnel salut (en s'inclinant) et l'arbitre a été contraint de le rappeler à l'ordre pour qu'il s'exécute.

«Il n'y a pas d'obligation de se serrer la main à la fin d'un combat mais il est obligatoire de s'incliner. C'est pourquoi l'Egyptien a été rappelé pour s'incliner et il l'a fait», a commenté un porte-parole de la Fédération internationale de judo (IJF) dans un courrier électronique transmis à l'AFP.

Déjà un progrès?

«Néanmoins, son attitude sera examinée après les Jeux pour voir si des mesures additionnelles doivent être prises (...) Dans le passé, il n'est pas sûr qu'un tel combat aurait eu lieu. C'est déjà un grand progrès que les pays arabes acceptent de combattre contre Israël», poursuit le porte-parole.

Le tirage au sort avait opposé l'Egyptien et l'Israélien dès le premier tour du tournoi des poids lourds (+100 kg).

L'Egypte avait choisi de faire disputer le combat à son judoka alors que le plus souvent les combattants de pays arabes refusent d'affronter des adversaires israéliens.

«Ce qu'il a fait est un comportement personnel. Nous lui avons répété plusieurs fois de respecter l'esprit sportif, de ne pas violer les règles et de ne pas se soumettre aux pressions», a expliqué à l'AFP le président du Comité olympique égyptien Hesham Hatab

«L'hésitation avant le combat a rejailli sur la performance de l'athlète et abouti à sa défaite», a poursuivi M. Hatab, soulignant que «les pressions de la part des médias égyptiens et arabes étaient très importantes».

(AFP)

Ton opinion