Un élu condamné pour du sexe avec ses chiens
Publié

FranceUn élu condamné pour du sexe avec ses chiens

Un conseiller municipal avait une façon particulière de se laisser aimer par ses animaux. Le tribunal l’a condamné à 18 mois de prison avec sursis et lui a retiré ses compagnons.

par
Michel Pralong
Le quadragénaire adore la chasse et possède 21 chiens. Les faits concernent deux d’entre eux (photo prétexte).

Le quadragénaire adore la chasse et possède 21 chiens. Les faits concernent deux d’entre eux (photo prétexte).

Getty Images/iStockphoto

Un conseiller municipal du pays rabastinois, dans le Tarn (F), a été dénoncé au maire de sa commune par une lettre de son propre frère. Ce dernier voulait alerter les autorités sur ses agissements avec ses animaux. Placé sous contrôle judiciaire le 1er avril, il a comparu le 17 mai dernier devant le tribunal d’Albi.

L’homme est un passionné de chasse et, lorsque les gendarmes sont venus perquisitionner chez lui le 27 mars, ils ont découvert 21 chiens dans un hangar aménagé en chenil. Lors de sa garde à vue, le prévenu a reconnu avoir des relations sexuelles avec deux d’entre eux. C’est pour répondre de cela qu’il était face à la justice, explique «La Dépêche».

Au juge, il explique cet amour très spécial qu’il porte à ses animaux et les faits qui ont été commis entre 2016 et 2022. «Je m’en occupe bien. Je ne pratique pas la sodomie, ce sont eux qui le font s’ils le désirent». Il devra même détailler comment, répétant qu’il le fait toujours avec les deux mêmes.

Sans femme ni amis

Son avocat a dressé un triste portrait de son client, expliquant qu’il n’avait jamais eu d’ami, ni de relation avec une femme. Il a posé la question lors de sa plaidoirie pour savoir si son comportement passif pouvait être considéré comme une atteinte sexuelle à un animal domestique. Il n’a toutefois demandé qu’une chose: ne pas le priver de chasse, son dernier lien social.

Le procureur a souligné l’urgence d’aider cet homme pour soigner sa déviance tandis que l’analyse psychiatrique relevait un manque d’affection évident depuis l’enfance dans une famille au fonctionnement pathologique.

Le tribunal a décidé de condamner l’élu à 18 mois de prison assortis d’un sursis probatoire renforcé d’une durée de deux ans. Tous ses chiens ont été confiés à la SPA à qui il devra verser 3000 euros de dommages et intérêts. Il n’aura plus le droit d’avoir d’animaux et devra se faire soigner, suivre une formation et devra trouver un emploi.

Votre opinion