Vaud: Un élu lutte contre les «thérapies pour guérir les homos»
Publié

VaudUn élu lutte contre les «thérapies pour guérir les homos»

Le socialiste Julien Eggenberger a recueilli le soutien de 42 autres députés, issus de différents bords politiques, pour le texte qu’il a déposé cette semaine au Grand Conseil.

Pour certaines organisations, notamment religieuses, il y a lieu de «guérir» les personnes homosexuelles.

Pour certaines organisations, notamment religieuses, il y a lieu de «guérir» les personnes homosexuelles.

Reuters

«Dégradantes», «discriminatoires» et constituant «une violation flagrante des droits à l’intégrité physique, à la santé et à la libre expression de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre d’une personne». Voilà les mots utilisés l’an dernier par un expert indépendant de l’ONU, Victor Madrigal-Borloz, pour décrire les différents actes visant à forcer hommes et femmes homosexuels à renoncer à leur identité sexuelle. L’expert réclamait l’interdiction mondiale de ces méthodes, qui vont des pressions psychologiques aux injections massives d’hormones, mais qui peuvent aussi se traduire par des tortures et des sévices sexuels.

S’emparant de ce sujet, le député socialiste vaudois Julien Eggenberger a déposé mardi une motion demandant au Conseil d’État de modifier la législation pour interdire ces «thérapies de conversion», indique «24 heures». Ce texte ne devrait pas avoir trop de mal à passer la rampe quand il sera soumis au Grand Conseil: ils sont déjà 42 élus de tous bords à l’avoir soutenu au moment de son dépôt. En revanche, la difficulté à laquelle se heurtera peut-être la motion sera le nombre de lois différentes qu’il faudra modifier pour parvenir à l’interdiction de ces pratiques, explique encore Julien Eggenberger au quotidien vaudois.

Le socialiste ne s’attaque pas à un problème qui pourrait sembler ne concerner que des pays où règnent intégrisme et intolérance. Le député affirme dans son texte que des organisations religieuses qui s’adonnent à ce genre de pratiques ont élu domicile en Suisse et qu’une église évangélique de l’Ouest lausannois a accueilli des cours de «restauration de l’identité».

L’émission «Mise au Point» de la RTS a indiqué lors de la diffusion d’un reportage sur ce sujet, en septembre 2019, que 14’000 personnes en Suisse avaient déjà été concernées par une thérapie de conversion.

(jfz)

Votre opinion

62 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Décathlon

04.03.2021, 13:48

On parle de quoi ici ?? l'homosexualité ou la transidentité ?? il me semble que l'article confond les deux sujets

étoiledunord

04.03.2021, 12:12

tout ça pour devenir socialiste, ben fallait trouver le fil plus vite.

MAERKLIN

04.03.2021, 11:11

L'homophobie n'est pas une maladie mais relève tout simplement d'un ordre génétique personnel à la naissance et donc non modifiable; c'est un peu comme si, lors du montage d'un moteur électrique, on avait croisé les fils !