Le PDG d’Herta jugé ce lundi: Un enfant est mort en avalant un bout de saucisse Knacki
Publié

Le PDG d’Herta jugé ce lundiUn enfant est mort en avalant un bout de saucisse Knacki

Le patron de l’entreprise française répond d’homicide involontaire devant le Tribunal correctionnel de Dax (Landes). Un précédent a également laissé une fillette lourdement handicapée.

par
Evelyne Emeri
La maman du petit garçon de 2 ans avait pris de soin de couper les saucisses en petits morceaux ainsi qu’indiqué sur l’emballage. L’enfant s’est étouffé malgré tout.

La maman du petit garçon de 2 ans avait pris de soin de couper les saucisses en petits morceaux ainsi qu’indiqué sur l’emballage. L’enfant s’est étouffé malgré tout.

herta.fr

Lilian avait 2 ans. Nous sommes le 11 août 2014. La famille et ses deux enfants de 2 et 5 ans débutent leurs vacances d’été dans un camping de la côte landaise. La maman suit les consignes précisées sur le paquet de saucisses Knacki Herta et les coupe en petits morceaux pour son cadet. Malgré les précautions prises par la mère, suivant les propres recommandations du fabricant, Lilian n’arrive soudainement plus à respirer. Il est en train de s’étouffer avec un morceau de saucisses.

Mise en garde insuffisante

Les parents appellent à l’aide. Les secouristes du camping interviennent, suivis rapidement des pompiers. Le petit ne pourra pas être sauvé. La famille avait alors porté plainte contre Herta. D’une part, avec le procès qui s’ouvre plus de six ans après cette tragédie, elle souhaite que la justice reconnaissance que l’entreprise française a fauté; d’autre part, que ses mises en garde pour les enfants en bas âge soient plus explicites.

Sur le banc des accusés se trouve Arnaud de Belloy, PDG de la société Herta. Il répond d’homicide involontaire par personne morale par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence.

Un précédent en 2012

Ce drame de 2014 n’est pas le premier pour la société qui répond à nouveau de graves accusations avec la mort de Lilian. En 2012, à Lyon (Rhône). Une fillette de 3 ans s’était étouffée avec un produit quasi similaire, des Knacki Balls. Si elle n’est pas décédée, elle est restée plusieurs mois dans le coma. Elle est depuis lourdement handicapée, en raison d’un trop long manque d’oxygénation de son cerveau, entraînant de graves séquelles.

Herta avait été condamné en première instance (2016) et en appel (2018). L’entreprise avait renoncé à se pourvoir en cassation, promettant d’améliorer l’étiquetage. «Nous allons dramatiser l’avertissement», avait précisé le patron d’Herta à l’époque. (avec AFP)

Votre opinion