À Berne, «Un énorme triomphe pour la protection des animaux»
Publié

Fourrures interdites«Un énorme triomphe pour la protection des animaux»

Les milieux de défense du monde animal sont très enthousiastes après la votation du Conseil national visant à interdire l’importation des fourrures d’animaux maltraités. Notamment les visons.

par
Eric Felley
Au Danemark, des millions de visons destinés à l’industrie de la fourrure ont dû être abattus l’année dernière, car ils avaient développé un variant du coronavirus qui aurait pu infecter l’homme.

Au Danemark, des millions de visons destinés à l’industrie de la fourrure ont dû être abattus l’année dernière, car ils avaient développé un variant du coronavirus qui aurait pu infecter l’homme.

Getty Images/iStockphoto

«L’adoption de la motion par le Conseil national est une très bonne nouvelle. La production de fourrures issues de la maltraitance animale est déjà interdite en Suisse. Cela n’a aucun sens d’importer des produits obtenus de manière aussi cruelle. La Suisse vient de faire un grand pas en avant pour la protection des animaux dans le monde entier! » Pour Vera Weber, la présidente la Fondation Franz Weber, le résultat de la motion de Matthias Aebischer (PS/BE) votée lundi est une victoire d’étape importante, d’autant plus qu’elle a été acceptée par 144 voix contre 31 et 9 abstentions.

À confirmer au Conseil des États

Le Conseil des États doit encore se prononcer, mais Céline Schlegel, directrice adjointe d’Animal Rights Switzerland, se montre optimiste: «Le oui du Conseil national est un énorme triomphe pour la protection des animaux. La Suisse donne ainsi également un signal international contre la cruauté envers les animaux. Nous espérons maintenant que le Conseil des États obtiendra le même résultat.»

17 millions de visons abattus à cause du Covid-19

Pour Angelina Dobler, responsable de campagne chez Campax, c’est un message pour l’industrie de la fourrure: «Elle n’est pas seulement nocive pour les animaux, mais elle a également un impact négatif sur l’environnement et sur les consommateurs. Depuis la tragédie qui a eu lieu au Danemark, où 17 millions de visons ont dû être abattus en raison de la propagation du coronavirus, il est clair que l’industrie de la fourrure est néfaste. »

Pour la Fondation Franz Weber, la législation actuelle a montré son inefficacité: «Les souffrances des animaux à fourrure n’ont été compensées que par une obligation de déclaration inefficace. Depuis son introduction en 2014, une grande partie des magasins contrôlés par la Confédération déclarent la fourrure de manière erronée, insuffisante ou ne la déclarent pas du tout, et la révision partielle de 2020 n’y change rien».

Votre opinion

13 commentaires