Publié

Canton de SoleureUn enseignant licencié pour possession de pornographie enfantine

L'enseignant en primaire a encore donné des leçons jusqu'à la fin de 2011. Condamné, il a été reconnu coupable d'avoir téléchargé du matériel de pornographie enfantine.

(Image d'illustration)La justice a reconnu l'enseignant coupable d'avoir téléchargé du matériel de pornographie enfantine à 171 reprises sur Internet.

(Image d'illustration)La justice a reconnu l'enseignant coupable d'avoir téléchargé du matériel de pornographie enfantine à 171 reprises sur Internet.

Keystone

L'homme a été jugé en 2011, mais les autorités judiciaires ne disposaient pas alors des bases légales pour informer les autorités scolaires.

La situation était difficile pour les parents, les élèves et les autorités: on savait qu'un enseignant avait été condamné pour possession de pornographie interdite, mais personne ne connaissait le nom de l'enseignant ou de l'école dans laquelle il travaillait.

Par voie judiciaire, le département de l'éducation a exigé et obtenu une copie de l'ordonnance pénale de condamnation, a indiqué mercredi la chancellerie. Après lecture, le département et la direction de l'école ont licencié l'enseignant avec effet immédiat.

Liste noire

Le département a aussi retiré à l'homme l'autorisation d'exercer sa profession. Cela équivaut à une interdiction d'enseigner dans toutes les écoles publiques de Suisse car il est placé sur la liste noire de la Conférence des directeurs cantonaux de l'éducation.

Les autorités cantonales veulent ainsi clairement montrer que comme les pédophiles, les personnes dépendantes (alcool ou drogue) ou violentes, les enseignants ayant des activités dans le secteur de la pornographie dure n'ont pas leur place à l'école.

Les parents des écolières et écoliers concernés ont été informés de la procédure par la direction de l'école. C'est un soulagement pour les enseignants du canton qui devaient subir «un soupçon généralisé» tant que le prévenu n'était pas licencié.

Leçons jusqu'à fin 2011

L'enseignant condamné a encore donné des leçons jusqu'à la fin de 2011. La justice l'a reconnu coupable d'avoir téléchargé du matériel de pornographie enfantine à 171 reprises sur internet.

L'article 197 (ch.3) du Code pénal prévoit de un à trois ans de prison pour avoir acquis des films ou photos «ayant comme contenu des actes d'ordre sexuel avec des enfants, des animaux, des excréments humains ou comprenant des actes de violence.»

(ats)

Ton opinion