Publié

Télé-crochetUn espoir genevois dans «The Voice»!

Trois Romandes se sont qualifiées sur TF1. L'une d'elles nous raconte son aventure avant les battles de samedi.

par
Didier Dana
Garou, Louis Bertignac, Jenifer, Florent Pagny.

Garou, Louis Bertignac, Jenifer, Florent Pagny.

Laurent Vu/Shine France/Bure

Ajoutez la lettre «o» à son nom de famille et la Genevoise Diana Espir, 24 ans, devient Espoir. Samedi sur TF1 dans «The Voice», Louis Bertignac s'est retourné sur son interprétation de «What a Feeling». Hier, c'est de Paris qu'elle nous a raconté son parcours, malgré une douloureuse pharyngite. «Je suis super-malade, s'excuse-t-elle, quasi aphone. Avant ma prestation, on m'avait détecté des nodules dans la gorge. J'ai chanté un peu faux au début, mais j'ai pris confiance en moi. Cette émission est une belle leçon.»

Parcours du combattant

Levée à 6 h 30 le jour de l'enregistrement, convoquée à 9 h, elle n'a passé la terrible épreuve des auditions à l'aveugle que tard dans la nuit. «Il était minuit, je crois. L'attente est très longue, même si l'organisation est très pro. Des candidats ressortaient en larmes et je me disais: «Je ne vais jamais y arriver!» Rompue à la scène, Diana chante depuis l'âge de 17 ans. «Lors de notre passage, le public n'a pas le droit de se manifester pour ne pas influencer le jury.» Et, afin de rester concentrée, Diana n'a même pas regardé si l'un des jurés se retournait.

«J'ai aperçu une lumière du coin de l'œil. Ce n'est que lorsque le public s'est levé d'un coup que j'ai compris!» Louis Bertignac avait appuyé sur le bouton rouge. «Je suis ravie. J'ai un penchant pour le rock'n'roll depuis toujours.» Sur sa route, elle a croisé deux autres Romandes. «Il y a la Lausannoise Tyssa qui m'a fait rire lorsque nous attendions toutes les deux. Ça a fait retomber la tension. Et Fanny Leeb ( ndlr: la fille de Michel Leeb a grandi en Suisse ) qui a une supervoix. Nous nous entendons très bien toutes les trois.»

Formée à Londres dans une école de comédie musicale au chant et au théâtre, Diana Espir va affronter les battles, épreuves éliminatoires, samedi prochain. «Je n'ai pas le droit de vous dévoiler le résultat. Mais quel qu'il soit, dit-elle, «The Voice» est pour moi un début et pas une fin. C'est un moyen d'être confrontée aux difficultés du métier et d'apprendre à les surmonter.» A suivre!

Ton opinion