Bio Suisse: un été de Mer… d’Azov?
Publié

PartenariatUn été de Mer… d’Azov

Une pluie de louanges pour les professionnels des champs et des vignobles qui ont ramé pour fournir des produits bio de qualité malgré les intempéries.

par
Pascal Olivier, Bio Suisse
1 / 2
Buvette les pieds dans l’eau, lac de Neuchâtel, juillet 2021.

Buvette les pieds dans l’eau, lac de Neuchâtel, juillet 2021.

Pascal Olivier
Œillet sous lacustre, rives du lac de Neuchâtel, juillet 2021.

Œillet sous lacustre, rives du lac de Neuchâtel, juillet 2021.

Pascal Olivier

Vos connaissances de géographie vous amènent-elles du côté de l’Ukraine? J’ai souvent entendu ma mère prononcer le nom de cette mer peu profonde lorsqu’elle laissait tomber quelque chose. Je perdure la tradition en le criant haut et fort quand je rate un coup facile au ping-pong contre mon fiston… Après un printemps pourri par les campagnes en vue des votations du 13 juin, cet été, j’ai ajouté ce substantif à consonance russe à tous ceux qui se sont plaints de cet été de mer… d’Azov.

Comme des mouches

Tomates et tonnelles sont en effet tombées comme des mouches sous les attaques des perfides champignons microscopiques que sont oïdium et mildiou. Et les professionnels des champs et des vignobles ont ramé sous des flots déchaînés pour vous fournir des produits bio de qualité avec un engagement sans faille. L’heure des décomptes n’a pas encore sonné pour les encaveurs, mais il fallait la foi pour se battre cette année!

Pluie de louanges

Une pluie de louanges, en cette année de 40 ans de jubilé pour Bio Suisse, à ces pionniers et pionnières qui depuis des décennies nous donnent du courage et affirment tous les jours, même pluvieux, leur confiance dans la nature et la vie. Aujourd’hui je vous dis merci Beat, François-Philippe, Alfred, Edith, Luchi, Lafleur, Fernand, Geneviève, Ueli, Adrian, Laurent, Marion, Bernard, René, Isabelle, Vitus, Roger et tous les autres que j’oublie. Grâce à vous et aux plus de 1000 fermes bio en Romandie, même un été de mer d’Azov ne suffira pas à nous saper le moral!

En partenariat avec «La Semaine du Goût»

Votre opinion