JO de Rio: Un évêque dénonce une «culture de la fornication»
Publié

JO de RioUn évêque dénonce une «culture de la fornication»

Un évêque argentin a pointé mardi la distribution de 450'000 préservatifs aux athlètes lors des Jeux.

1 / 145
Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments  mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Selon Le Monde, la justice française dispose d'éléments mettant en cause le processus d'attribution des JO à Rio. (Vendredi 3 mars 2017)

Keystone
La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

La police de Rio souhaite entendre le patron du CIO dans l'enquête sur le trafic de billets pendant les JO. (Jeudi 8 septembre 2016)

AFP
Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

Hope Solo avait traité les Suédoises de lâches après son match perdu en quart de finale des JO à Rio. Elle a été suspendue six mois pour ses propos. (Mercredi 24 août 2016)

AFP

Un évêque argentin a estimé mardi 23 août qu'une «culture de la fornication» avait régné durant les JO de Rio dans le village olympique, pointant la distribution de 450'000 préservatifs.

«Quarante-deux préservatifs pour chaque athlète, pendant 17 jours de compétitions. La préparation (des compétitions) requiert l'abstinence, c'est logique, mais après chaque compétition, "on baise athlétiquement"», s'indigne dans une tribune publiée dans le quotidien El Dia, l'archevêque de La Plata, le très conservateur Hector Aguer.

«La culture de la fornication qui se répand sans aucun scrupule est un signe de déshumanisation», «de conduite animale», poursuit le prélat.

Récemment présenté par la revue argentine Noticias comme un «ennemi historique» du Pape François, Mgr Aguer s'offusque ensuite de la publication dans la presse d'articles sur les jeunes femmes «qui changent de "fiancé" cinq ou six fois par an». «On suppose qu'ils ne se donnent pas rendez-vous pour lire la bible», s'indigne-t-il.

(AFP)

Votre opinion