Publié

EgliseUn évêque dépensier fait polémique en Allemagne

Le Vatican a envoyé un observateur dans un diocèse allemand révolté contre son évêque jugé dépensier et autoritaire. Il a été lâché jeudi par l'un de ses principaux soutiens, l'influent archevêque de Munich.

L'évêque Franz-Peter Tebartz-van Elst.

L'évêque Franz-Peter Tebartz-van Elst.

Le cardinal italien Giovanni Lajolo, ancien nonce apostolique (ambassadeur du Vatican) en Allemagne de 1995 à 2003, est arrivé lundi dans le diocèse de Limburg, qui inclut Francfort, pour jouer les médiateurs entre l'évêque mis en cause, Franz-Peter Tebartz-van Elst, et ses ouailles.

Ces derniers ont critiqué dans une lettre ouverte le style autoritaire et les dépenses jugées excessives du prélat de 53 ans, dénonçant notamment la multiplication par cinq en six ans du budget d'une nouvelle maison diocésaine en cours de construction. La missive a été signée par plus de 4400 fidèles, prêtres ou salariés de l'Église, sur les 650'000 croyants que compte le diocèse.

Le doyen de Francfort, Johannes zu Eltz, a accusé son évêque d'avoir plongé le diocèse dans «une crise de confiance destructrice».

Sur son site internet, le diocèse de Limburg souligne que Mgr Lajolo, 78 ans, a été envoyé par le Vatican en «visite fraternelle» et non apostolique, visite à laquelle recourt le Saint-Siège lorsqu'une communauté ne peut surmonter une situation grave sans aide extérieure.

Le prélat italien a pour mission d'inciter à la paix et à l'unité autour de l'évêque, mais aussi le cas échéant à rappeler à l'ordre fraternellement les protagonistes, selon une lettre envoyée par Rome.

Classé dans l'aile conservatrice de l'Eglise catholique allemande, Mgr Tebartz-van Elst a vu l'un des membres les plus éminents de ce courant, le cardinal Reinhard Marx, prendre ses distances avec lui dans un entretien à l'hebdomadaire de centre-gauche Die Zeit publié jeudi.»

Évidemment que ce qui se passe à Limburg me fait de la peine«, a déclaré Mgr Marx, très influent au sein de la Conférence des évêques allemands. »L'obligation de transparence et de sincérité est valable pour les évêques comme pour tous les croyants«, a-t-il ajouté.

(AFP)

Votre opinion