Croatie: Un évêque part chasser et se trompe de cible
Publié

CroatieUn évêque part chasser et se trompe de cible

Un prélat pensait ramener un trophée de chasse, le 11 janvier, en Croatie. Il devra se contenter de poursuites judiciaires.

L'incident a déclenché une vague de réactions, la plupart négatives, sur les réseaux sociaux.

L'incident a déclenché une vague de réactions, la plupart négatives, sur les réseaux sociaux.

Photo d'illustration, Keystone

Il comptait revenir avec une dépouille de sanglier, mais a hérité de tracas judiciaires: un évêque croate, amateur de chasse, a blessé un camarade de battue, ont rapporté mardi médias et responsables.

Vjekoslav Huzjak, évêque du diocèse de Bjelovar-Krizevci (nord), a touché accidentellement à la cuisse un compagnon lors d'une chasse organisée le 11 janvier dans l'est de la Croatie, rapporte le quotidien Vecernje List.

«Voilà ce qui arrive lorsqu'un prêtre saisit une carabine au lieu de s'en tenir à son autel (...) Amen!», a commenté une femme sur Facebook, où le fait divers suscite de nombreuses réactions de Croates.

Profonds regrets

Dans un communiqué, le prélat a exprimé ses «profonds regrets pour tout ce qui est arrivé» et «souhaité au chasseur blessé de se remettre rapidement».

Sans l'identifier, la police a annoncé avoir «achevé une enquête contre un homme âgé de 58 ans (...) qui a blessé par balle un homme de 64 ans pendant une chasse».

Poursuites engagées

Les jours de la victime, hospitalisée à Zagreb, ne sont pas en danger, mais des poursuites vont être engagées, a indiqué la police. Selon les médias locaux, l'évêque Huzjak est un passionné de chasse.

L'incident a déclenché une vague de réactions, la plupart négatives, sur les réseaux sociaux de ce pays où près de 90% des 4,2 millions d'habitants sont catholiques et où le clergé exerce une forte influence sur la société.

«Un évêque qui chasse? Il s'emploie à tuer des créatures de Dieu? Cela n'est-il pas en contradiction avec la religion qu'il prêche?», s'interroge un homme dans un autre commentaire Facebook.

(AFP)

Votre opinion