Iran: Un extrémiste pendu après avoir tué deux chiites
Publié

IranUn extrémiste pendu après avoir tué deux chiites

Un jeune homme de 21 ans, condamné pour avoir poignardé à mort deux religieux, a été exécuté lundi matin.

L’homme avait poignardé à mort deux religieux chiites et blessé un troisième dans la cour du mausolée, à Machhad.

L’homme avait poignardé à mort deux religieux chiites et blessé un troisième dans la cour du mausolée, à Machhad.

AFP

L’Iran a pendu lundi un extrémiste sunnite. Il avait été condamné à la peine capitale pour avoir assassiné, début avril, deux religieux chiites à Machhad (nord-est), a annoncé le chef régional de l’Autorité judiciaire. «La peine de mort contre Abdolatif Moradi a été appliquée par pendaison ce matin, en présence d’un groupe de citoyens et de responsables dans la prison de Vakilabad à Machhad», a déclaré Gholamali Sadeghi, cité par Mizan online, l’agence de presse de cette autorité.

Début avril, un ressortissant étranger d’origine «ouzbèke» âgé de 21 ans, a poignardé à mort deux religieux chiites et blessé un troisième dans la cour du mausolée devant de nombreux pèlerins, au début du mois de jeûne musulman. L’assaillant a été «accusé de moharebeh (ennemi de Dieu en persan) en utilisant l’arme pour terroriser la population dans le sanctuaire» de l’imam Réza, à Machhad, la deuxième ville d’Iran, a indiqué Sadeghi.

Illégalement entré en Iran

Le 7 juin, la justice locale avait annoncé la condamnation à mort de Moradi, précisant que son avocat avait «fait appel» devant la Cour suprême iranienne. Selon des médias locaux, Moradi était entré illégalement il y a un an, à partir du Pakistan, et s’était installé à Machhad, la principale ville sainte de l’Iran. Les autorités iraniennes avaient accusé des «éléments takfiris» de cette attaque. Le terme takfiri désigne en Iran et dans plusieurs pays les groupes jihadistes ou islamistes radicaux sunnites.

Quelques jours avant cette attaque, les médias avaient annoncé le meurtre de deux religieux sunnites, devant un séminaire, dans la ville de Gonbad-é Kavous dans le nord du pays. Les trois meurtriers présumés, également sunnites, avaient ensuite été arrêtés. Les sunnites représentent environ 5 à 10% des quelque 83 millions d’habitants en Iran, où le chiisme est religion d’État.

(AFP)

Votre opinion