06.08.2020 à 10:43

LausanneUn fêtard positif au Covid-19 après une soirée en club

Un noctambule a été testé positif au coronavirus après avoir passé la soirée du 1er août dans une boîte de nuit de la capitale vaudoise. Le médecin cantonal estime qu’une mise en quarantaine des clients n’est pas nécessaire.

Une partie du personnel du D! Club a été placée à l’isolement pour dix jours suite au cas positif de Covid-19.

Une partie du personnel du D! Club a été placée à l’isolement pour dix jours suite au cas positif de Covid-19.

KEYSTONE

Un jeune homme a été testé positif au Covid-19 après avoir passé la soirée du 1er août au D! Club à Lausanne. Une partie du personnel a été placée en quarantaine, mais pas les clients. Le médecin cantonal, Karim Boubaker, s’explique.

«Nous avons procédé à une évaluation poussée. Nous avons regardé si la personne était asymptomatique ou pas, nous avons évalué le degré de risque de transmission et observé si d’autres cas se développaient, ce qui n’est pas le cas pour le moment», a expliqué jeudi à Keystone-ATS Karim Boubaker, revenant sur un article de 24 heures.

Les autorités possèdent la liste des personnes qui ont fréquenté ce soir-là le club lausannois, tous les noctambules devant s’enregistrer sur l’application Swiss Night Pass. À chaque nouveau cas positif, elles regardent si la personne se trouve sur la liste.

Pesée d’intérêts

D’une manière générale, le médecin cantonal rappelle qu’une pesée d’intérêts est faite à chaque cas. «On fait une évaluation avant de mettre 400 à 500 personnes en quarantaine. On a des règles épidémiologiques claires. C’est un métier. On met en avant le bien public, pas des intérêts économiques», a-t-il précisé.

Karim Boubaker échange fréquemment avec ses homologues des autres cantons romands et assure que les pratiques sont les mêmes. Dans les récents cas genevois ou fribourgeois, où de nombreuses personnes avaient été mises en quarantaine, plusieurs personnes étaient infectées, souligne le médecin cantonal vaudois.

Responsabilité individuelle

Dans le cas du D! Club, la situation ne serait plus la même «à partir de deux cas positifs qui se déclarent dans un espace temps de 48 à 72 heures», a-t-il précisé. Il rappelle l’importance de la responsabilité individuelle dans la lutte contre la pandémie: toute personne symptomatique doit se faire tester sans délai.

Dans le cas présent, le noctambule, qui venait de France voisine, s’est annoncé spontanément au club, qui a rapidement contacté le médecin cantonal. Ce dernier a placé en quarantaine de dix jours une partie du personnel du club. Les autorités françaises sont également intervenues auprès de proches du jeune homme en France.

(ATS/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!