Sud de la France: Un feu causé par un tir d’artillerie a brûlé 600 hectares et mis en danger 2500 moutons
Publié

Sud de la FranceUn feu causé par un tir d’artillerie a brûlé 600 hectares et mis en danger 2500 moutons

Dans le département du Var, une grande surface de végétation a été ravagée. Les bêtes sont en sécurité, mais il a fallu attendre que le feu dépasse une zone pleine de munitions pour intervenir.

«L’incendie est resté à l’intérieur du camp, les pompiers sont rassurants», a indiqué, en fin de journée, le sous-préfet de permanence.

«L’incendie est resté à l’intérieur du camp, les pompiers sont rassurants», a indiqué, en fin de journée, le sous-préfet de permanence.

photo d’illustration AFP

Un incendie causé par un tir d’artillerie dans un important camp d’entraînement de l’armée française, dans le Var, a brûlé, samedi, environ 600 hectares de végétation, mais était sur le point d’être fixé, ont indiqué les pompiers et la préfecture. «C’est une zone qui est un désert végétalisé, il n’y a aucune menace pour qui que ce soit, à part les 2500 moutons qui paissent dans cette zone et qui ont été mis à l’abri», avait précisé, dans l’après-midi, le capitaine Olivier Pécot, des pompiers du Var.

«L’incendie est resté à l’intérieur du camp, les pompiers sont rassurants», a indiqué, en fin de journée, le sous-préfet de permanence, Eric de Wispelaere. «Le camp militaire est à des dizaines de kilomètres des zones habitées», a-t-il souligné. Au nord, le canyon du Verdon constitue une barrière naturelle pouvant stopper les flammes.

L’incendie s’est séparé en deux, avec une langue de feu vers le lac de Sainte-Croix, sur la commune d’Aiguines, et l’autre au nord-est de Canjuers, et «il est presque fixé», a ajouté le sous-préfet.

Plus grand camp d’Europe occidentale, le complexe militaire de Canjuers est «essentiel pour la préparation opérationnelle des forces françaises» et étend ses 35’000 hectares sur les hauts plateaux du Nord varois, selon le ministère des Armées.

Obus «non explosés» dans le sol

Le feu a progressé dans une zone «polluée, c’est-à-dire où il y a des obus et des explosifs «non explosés» et où, pour raison de sécurité, les pompiers ne peuvent pas pénétrer», a précisé le capitaine Pécot. «Il a fallu attendre qu’il sorte de cette zone de tirs pour pouvoir intervenir», a ajouté le sous-préfet de Wispelaere.

Trois cents sapeurs-pompiers, civils et militaires, ont été engagés pour éteindre l’incendie, qui s’est déclaré vers 9 heures du matin. Plusieurs avions bombardiers d’eau ont également été déployés.

Une vague de canicule touche le sud de l’Europe depuis plusieurs jours. Si plusieurs départements français sont en vigilance rouge, le Var n’est pas concerné par cet état de vigilance. Plusieurs zones du département souffrent toutefois de sécheresse.

En 2009, près de Marseille

Ce n’est pas la première fois qu’un événement de ce type se produit dans le sud de la France. Aux portes de Marseille, en juillet 2009, un énorme incendie provoqué par des tirs d’entraînement avec des balles traçantes – munies d’un dispositif pyrotechnique –, s’était déclaré dans le camp militaire de Carpiagne, au-dessus des Calanques.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires