Tennis: La Suisse revient de nulle part et bat l’Allemagne 3-2

Publié

TennisLa Suisse revient de nulle part et bat l’Allemagne 3-2

En dominant Daniel Altmaier 6-3 5-7 6-4 dans le match décisif de cette rencontre de Coupe Davis, samedi soir, Stan Wawrinka a envoyé les siens en phase de groupes de la compétition.

par
Claude-Alain Zufferey
Stan Wawrinka a dû puiser dans ses réserves pour battre Daniel Altmaier en trois sets.

Stan Wawrinka a dû puiser dans ses réserves pour battre Daniel Altmaier en trois sets.

Urs Lindt/freshfocus

Samedi, la Suisse a écrit une nouvelle page de son histoire en Coupe Davis. Pourtant, tout avait très mal débuté. Le duo Stan Wawrinka et Dominic Stricker a fini par céder le point du double à Andreas Mies et Tim Puetz (7-6 3-6 4-6).

À 2-1 pour l’Allemagne, la tâche de Marc-Andrea Hüsler (ATP 53) paraissait insurmontable face à Alexander Zverev (ATP 14). «Personne ne pensait que j’allais gagner», a lâché le Zurichois en conférence d’après-match et pourtant il l’a fait, et en deux sets sur le score de 6-2 7-6.

Dès lors, les faveurs de la cote ont changé de camp. Le duel entre l’expérimenté Stan Wawrinka (ATP 135) et un Daniel Altmaier (ATP 91) qui n’avait jamais disputé une rencontre de Coupe Davis semblait disproportionné. Et il l’a été durant un set. Le Vaudois n’a pas fait dans le détail, il s’est imposé 6-3 en 32 minutes. Trop léger, son adversaire avait de la peine à tenir l’échange.

Une fin à suspense

Mais les deux heures de jeu en double ont peut-être entamé le physique de Wawrinka qui a été moins percutant lors du deuxième set. Plus hésitant, il a commis beaucoup plus d’erreurs. Alors qu’il avait un break d’avance, il a remis Daniel Altmaier dans le match à 4-4. Puis la crispation a repris le dessus, comme lors de ces dernières sorties sur le circuit. Et l’Allemand a eu le dernier mot (7-5).

Dans la dernière manche, l’Allemand porté par son public n’a rien lâché, poussant Stan Wawrinka dans ses derniers retranchements. À ce moment du match décisif d’une rencontre de Coupe Davis, ce sont les nerfs et non plus la technique qui commandent. Le Suisse a su ne pas s’enflammer, laisser passer l’orage lorsqu’il s’est senti un peu moins bien et prendre le service de l’Allemand à 2-2. Par la suite il a géré pour empocher à chaque fois son engagement: 6-4, mission accomplie.

L’exploit de la journée a été réalisé par Marc-Andrea Hüsler

Ton opinion