Basketball: Un front s'organise contre la reprise NBA
Publié

BasketballUn front s'organise contre la reprise NBA

Réunis en vidéo, 80 joueurs ont abordé le fait de privilégier la lutte sociale au retour du jeu.

Après s'être mobilisé dans la rue, comme ici Russell Westbrook, les joueurs de la NBA se demandent si la reprise du championnat ne va pas couper l'élan social né aux USA.

Après s'être mobilisé dans la rue, comme ici Russell Westbrook, les joueurs de la NBA se demandent si la reprise du championnat ne va pas couper l'élan social né aux USA.

Keystone

La reprise de la NBA à 22 équipes pour le 30 juillet dans sa «bulle» d'Orlando n'est peut-être pas encore une affaire qui roule. Un front de contestation parmi les joueurs semble en effet avoir pris forme, vendredi soir, lors d'une conférence téléphonique à l'initiative de Kyrie Irving, vice-président de l'Association des joueurs. Combien étaient-ils à disserter des risques et du bien-fondé de cette reprise? Entre 50 et 150 selon les différentes sources qui reprennent une information révélée par «The Athletic».

Si ce conclave n'a pas su attirer Lebron James et la poignée des «méga-stars» de la Ligue (Giannis, Curry, Leonard), il s'est appuyé sur une pléiade de joueurs dont la voix compte, comme Chris Paul, Kevin Durant ou Dwight Howard. Et ces derniers ont longuement échangé sur un point: un retour au jeu serait-il productif dans le contexte des mouvements sociaux enclenchés suite à l'assassinat de George Floyd?

Or selon Shams Sharamia, le journaliste de «The Atlantic», Kyrie Irving a défendu un avis très tranché sur ce point. «Je ne suis pas pour aller à Orlando, aurait déclaré l'arrière de Brooklyn. Je ne suis pas du côté du racisme systémique et de toutes ces conneries. Il y a quelque chose de pas net dans cette histoire […] Je suis prêt à abandonner tout ce que j'ai pour le progrès social.» Seul hic, Kyrie Irving était de toute façon forfait pour cette fin de saison, puisqu'il soigne une blessure à l'épaule. Son appel à l'unité saura-t-il convaincre ceux qui devraient «trahir» coéquipiers et employeur (et renoncer à une partie de leur salaire) pour éviter le voyage à Disney World? Rien n'est moins sûr.

Car parmi ce groupe de joueurs hésitants, les revendications socio-politiques semblent se mélanger aux craintes sanitaires. Ainsi Donovan Mitchell, le All-Star du Jazz qui a été testé positif au coronavirus il y a quelques semaines, craint de se blesser en cas de reprise trop rapide. Il ne souhaite prendre aucun risque alors qu'il doit renégocier son contrat durant l'intersaison. Ces motivations différentes déboucheront-elles sur une position commune assez forte pour faire capoter le plan de reprise? Réponse dans les jours à venir.

M. A.

Votre opinion