Actualisé

Etats-UnisUn gang pincé, il volait avec des poches géantes

L'enquête, baptisée «Operation Sticky Fingers» a permis de confondre douze personnes. Leur butin est estimé à plus de dix millions de dollars.

1 / 8
Les malfaiteurs étaient équipés de vestes avec de larges poches, appelées «bazookas». Le procureur de l'Etat de New York, Eric Schneiderman,  en exhibe une  (Mercredi 15 mars 2017)

Les malfaiteurs étaient équipés de vestes avec de larges poches, appelées «bazookas». Le procureur de l'Etat de New York, Eric Schneiderman, en exhibe une (Mercredi 15 mars 2017)

L'enquête, baptisée «Operation Sticky Fingers» (doigts collants), a permis de confondre douze personnes, dont le chef du gang, Richard Rimbaugh, et son complice George Athanasatos. (Mercredi 15 mars 2017)

L'enquête, baptisée «Operation Sticky Fingers» (doigts collants), a permis de confondre douze personnes, dont le chef du gang, Richard Rimbaugh, et son complice George Athanasatos. (Mercredi 15 mars 2017)

Le gang de voleurs qui écumait les magasins d'électronique ne laissait rien au hasard:  vestes sur mesure pour dissimuler la marchandise, radios, brouilleurs pour tromper les portiques de sécurité (Mercredi 15 mars 2017)

Le gang de voleurs qui écumait les magasins d'électronique ne laissait rien au hasard: vestes sur mesure pour dissimuler la marchandise, radios, brouilleurs pour tromper les portiques de sécurité (Mercredi 15 mars 2017)

Twitter @ABC7NY

Vestes sur mesure pour dissimuler la marchandise, radios, brouilleurs pour tromper les portiques de sécurité, le gang de voleurs à la tire qui écumait les magasins d'électronique ne laissait rien au hasard.

L'enquête, baptisée «Operation Sticky Fingers» (doigts collants), a permis de confondre douze personnes, dont le chef du gang, Richard Rimbaugh, surnommé «le général», et son complice George Athanasatos surnommé «le maréchal», a annoncé mercredi le procureur de l'Etat de New York, Eric Schneiderman, lors d'une conférence de presse. Leur butin est estimé à plus de dix millions de dollars. (Voir vidéo ci-dessous)

Une organisation quasi-militaire

Richard Rimbaugh est accusé d'avoir mis en place à partir de 2012, une organisation quasi-militaire, avec carte d'état major, comptabilité détaillée et frais de déplacement pris en charge pour les équipes sur le terrain.

Trois groupes étaient chargés d'écumer les Etats-Unis en ciblant principalement des magasins d'électronique et fourniture de bureaux comme Staples, Office Depot et Best Buy.

Les malfaiteurs étaient équipés de vestes avec de larges poches, appelées «bazookas», de brouilleurs baptisés «kryptonite» pour ne pas déclencher les portiques de sécurité ainsi que d'un système de radio à ondes courtes pour communiquer plus discrètement.

Une fois dans le magasin, ils volaient surtout des articles coûteux, comme les cartouches d'imprimante et les logiciels informatiques.

Revente en ligne

Le butin pouvait atteindre 45.000 dollars de marchandise en une seule «mission», a indiqué le procureur de l'Etat de New York.

L'équipe renvoyait ensuite les articles dérobés à Richard Rimbaugh, qui se chargeait de les écouler en ligne à des prix proches de ceux pratiqués en magasin. Selon l'enquête, il est parvenu à revendre pour plus de douze millions de dollars de marchandise par ce biais.

Environ 7,7 millions de dollars correspondant à une partie du produit de la vente ont été saisis par la justice américaine, ainsi que des articles d'une valeur de plus d'un million de dollars.

Suspects interpellés

L'ensemble «était géré comme une entreprise», a décrit Eric Schneiderman, pour qui «ce n'est pas du vol à la tire, mais du crime organisé». Le gang a frappé dans 28 Etats des Etats-Unis, a-t-il précisé.

Une partie des suspects ont été interpellés. Ils doivent être présentés mercredi à un juge en vue de leur inculpation, notamment pour association de malfaiteurs, possession de matériel volé et blanchiment.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!