Mexique – Un gros lot à une loterie vire au cauchemar total
Publié

MexiqueUn gros lot à une loterie vire au cauchemar total

Un gang armé a ruiné la vie de villageois qui avaient touché plus d’un demi-million de francs.

Les familles «déplacées» à cause d’un groupe armé nommé Los Petules.

Les familles «déplacées» à cause d’un groupe armé nommé Los Petules.

YouTube

La «loterie de lavion» est très populaire et médiatisée au Mexique. Il s’agit d’une action caritative: des bienfaiteurs achètent des billets et les offrent à des crèches ou écoles pauvres du pays. C’est ainsi que la garderie du village indigène dOcosingo, dans le Chiapas, a reçu un billet. Qui a décroché l’un des gros lots: 20 millions de pesos, soit quelque 580 000 francs. Une immense chance qui a tourné au cauchemar, car un groupe armé s’en est mêlé.

Le jackpot a été confié à une association de parents qui ont des enfants dans cette crèche, qui accueille une douzaine de bambins. Mais la liste des vainqueurs a été publiée dans les journaux mexicains fin 2020. La suite? Ces parents ont vite été approchés par un gang nommé Los Petules, qui a exigé que l’argent soit utilisé pour lui acheter des armes.

Une balle dans le ventre

La situation a ensuite peu à peu dégénéré. Les parents ont d’abord refusé et ont dépensé une partie de largent pour un nouveau toit pour la crèche, relate la BBC. Mais les menaces ont encore augmenté cette année lorsque les parents ont voulu utiliser les 14 millions de pesos restants pour des travaux damélioration de leur village. Exigeant à nouveau le pactole, un membre du gang a tiré en mars dernier sur un des pères, le touchant à l’abdomen.

Le mois dernier les membres de Los Petules sont allés encore plus loin, attaquant tout le village. Résultat: beaucoup ont décidé de prendre la fuite et disent avoir désormais tout perdu: leur maison, leur bétail, leurs récoltes.

Depuis mi-octobre, 18 familles sont réfugiées à San Cristóbal de las Casas, où elles survivent comme elles peuvent, dans la rue. Ces réfugiés ont organisé des manifestations pour expliquer leur situation désespérée, rapporte la presse locale. Mais ils estiment que si les autorités ne s’engagent pas vraiment et que si le gang Los Petules n’est pas dissous et désarmé ils ne pourront jamais rentrer chez eux.

(R.M.)

Votre opinion