Faune - Un gypaète barbu tué par une pale d’éolienne
Publié

FauneUn gypaète barbu tué par une pale d’éolienne

L’oiseau, qui avait été réintroduit dans la Drôme (F) l’an dernier, est mort en survolant un parc d’hélices aux Pays-Bas.

par
Michel Pralong
Le jeune gypaète avait été réintroduit en France alors qu’il avait 3 mois.

Le jeune gypaète avait été réintroduit en France alors qu’il avait 3 mois.

Parc Naturel Régional du Vercors

Il s’appelait Angèle, mais c’était un mâle, nommé ainsi d’après la montagne d’Angèle située dans les Baronnies, dans la Drôme, où ce gypaète barbu avait été réintroduit le 28 mai 2020. Né le 21 février de cette année-là au zoo de Liberec en République tchèque, il a passé presque une année sans trop s’éloigner de son lieu de réintroduction, comme le montrait la balise GPS dont il est équipé.

Mais début mai 2021, il est parti vers le nord, survolant le Massif central, puis Paris le 22 mai et la frontière belge le 24 mai, selon le site de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). Il est arrivé au lac d’Yssel, aux Pays-Bas, le 25 mai et le lendemain matin en est reparti. Son parcours est alors surveillé par une ONG, qui voit qu’il se dirige vers un parc d’éoliennes. L’exploitant du parc est contacté pour lui demander de stopper les pales, le temps que le gypaète passe, mais en vain, écrit le site.

Le cadavre d’Angèle et sa balise GPS ont été retrouvés au pied de l’éolienne.

Le cadavre d’Angèle et sa balise GPS ont été retrouvés au pied de l’éolienne.

LPO

À 9 h 27 du matin, le vol d’Angèle cesse et le cadavre de l’oiseau sera retrouvé au pied d’une éolienne, très certainement après avoir été heurté par une pale. Il s’agit du premier décès d’un gypaète par une éolienne recensé en Europe, mais la LPO craint que cela ne soit pas le dernier. Il y a de plus en plus de programmes de réintroduction de cet oiseau en Europe, mais également de plus en plus d’éoliennes. Ainsi, en France, «les parcs éoliens en fonctionnement ou en projet se multiplient dangereusement sur les zones de présence ou de passage de l’espèce, malgré les alertes formulées par la LPO» écrit cette dernière.

Pour le président de la LPO, Allain Bougrain Dubourg, «il est temps d’arrêter le développement des parcs photovoltaïques plein champs et des parcs éoliens dans les zones européennes Natura 2000 classées pour protéger notamment les oiseaux et les chauves-souris».

Votre opinion