Etats-Unis: Un homme armé arrêté à l'hôtel Trump

Publié

Etats-UnisUn homme armé arrêté à l'hôtel Trump

L'individu transportait un véritable arsenal dans sa voiture, stationnée dans le garage de l'hôtel à Washington.

(Image prétexte) Le Trump International Hotel ne se trouve qu'à quelques dizaines de mètres de la Maison Blanche. (Mercredi 31 mai 2017)

(Image prétexte) Le Trump International Hotel ne se trouve qu'à quelques dizaines de mètres de la Maison Blanche. (Mercredi 31 mai 2017)

AFP

La police américaine a arrêté mercredi un homme dans l'hôtel Trump de Washington qui transportait dans sa voiture des armes à feu dont un fusil d'assaut, empêchant «une catastrophe potentielle», ont rapporté les autorités.

Fusil d'assaut et arme de poing

Alertés par leurs homologues de l'Etat voisin de Pennsylvanie, les policiers de la capitale ont arrêté vers 1 heure du matin Brian Moles, 43 ans, originaire de cet Etat, dans le Trump International Hotel.

Le président Donald Trump se rend parfois en voisin dans l'établissement. La Maison Blanche ne se trouve qu'à quelques centaines de mètres de l'hôtel.

Les policiers ont retrouvé dans son véhicule, qui se trouvait dans le garage de l'établissement, un fusil d'assaut AR-15, une arme de poing de calibre 40, et des munitions, a précisé le chef de la police de Washington, Peter Newsham, lors d'une conférence de presse.

La maire de la ville, Muriel Bowser a évoqué dans la même conférence de presse un «incident troublant» qui a été cependant résolu «rapidement et pacifiquement». Le Secret Service, service de protection du président et des personnalités aux Etats-Unis, a confirmé dans un communiqué l'arrestation de M. Moles «pour détention illégale d'armes à feu».

Informations insuffisantes

Le chef de la police a confié avoir été «très inquiet des circonstances très singulières» de l'incident et s'est félicité que «les policiers et leurs partenaires fédéraux (...) aient évité une catastrophe potentielle dans la capitale du pays».

«Quand vous avez quelqu'un qui vient dans le District de Columbia armé avec ce genre d'armes (...) cela préoccupe gravement» la police, a-t-il souligné.

Il a précisé toutefois ne pas avoir «d'informations suffisantes pour inculper (le suspect) pour menaces».

«Le meilleur moyen d'empêcher une catastrophe, c'est que lorsque vous voyez quelque chose, vous dites quelque chose», et cet incident «a montré que (cela) fonctionnait», a conclu M. Newsham.

(AFP)

Ton opinion