Actualisé

Agression sexuelleUn homme en garde à vue en Ardèche

Un homme a été placé en garde à vue vendredi soir à Privas, soupçonné d'être l'auteur de l'agression sexuelle d'une fillette de 11 ans, dans la nuit de mardi à mercredi dans un camping de l'Ardèche, a annoncé le parquet confirmant une information d'Europe 1.

Un homme a été placé en garde à vu vendredi soir après le viol d'une fillette qui campait dans le sud de l'Ardèche..

Un homme a été placé en garde à vu vendredi soir après le viol d'une fillette qui campait dans le sud de l'Ardèche..

AFP

Une fillette de 11 ans a été violée dans un camping du sud de l'Ardèche dans la nuit de mardi à mercredi. Un homme était activement recherché par les forces de l'ordre dans la région. La police a mis en garde à vue vendredi soir une personne soupçonnée d'être l'auteur de l'agression.

«Cet homme de 32 ans a été interpellé vendredi à 20h45 à son domicile», situé dans ce département, et placé en garde à vue à la gendarmerie de Privas, a précisé le vice-procureur de la République de Privas Franck Alzingre.

Il était activement recherché depuis l'agression de la fillette dans ce camping de Saint-Didier-sous-Aubenas, dans le sud de l'Ardèche.

Un homme s'était alors introduit sous la tente où dormaient deux fillettes et avait agressé l'une d'elles, de nationalité française, avant d'être mis en fuite par les cris des enfants.

Elles avaient pu dresser un portrait-robot diffusé au niveau national.

«Seule agression avérée médicalement»

Au cours d'une conférence de presse, vendredi après-midi, Franck Alzingre avait souligné qu'à ce stade de l'enquête, cette agression était la «seule agression avérée médicalement».

Dans la matinée, une autre source judiciaire avait dit que l'homme était soupçonné d'autres tentatives d'agressions ou agressions dans la région, notamment sur une Néerlandaise.

D'autres sources et témoignages dans des campings environnants faisaient état d'autres tentatives d'agression ou bien évoquaient des rôdeurs : des faits qualifiés pour l'instant de «rumeurs» par la fédération des campings.

«Actuellement, aucun lien n'est établi avec d'autres affaires et nous n'écartons aucune piste de travail», avait déclaré Franck Alzingre. «C'est le début de l'enquête, il ne faut pas aller trop vite au risque de mettre en péril son déroulement».

«Plus de 50 militaires»

Le parquet avait saisi la section de recherche de Grenoble assistée par l'ensemble des gendarmes de l'Ardèche, soit «plus de 50 militaires» mobilisés sur ce dossier. Une équipe cynophile a également été dépêchée sur place.

Selon une responsable de la fédération des campings, la fillette agressée à Saint-Didier-sous-Aubenas était en vacances au camping en compagnie de son oncle et de sa tante. Elle a été agressée sous la tente tandis que sa famille occupait une caravane à côté.

La patronne d'un camping d'une autre commune de l'Ardèche, Vogüe, a laissé entendre que l'agresseur présumé avait rôdé dans son établissement, mais sans passer à l'acte.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!