Publié

BuzzUn hôtel sous-marin swiss made

Un hôtel en partie immergé proposant des chambres avec vue sur les poissons? Ce projet suisso-polonais devrait naître à Dubaï.

par
Renaud Michiels

Serait-ce un OVNI posé en pleine mer? Non: il s’agit d’un projet d’hôtel en partie sous-marin qui devrait voir le jour à Dubaï. Imaginé par la compagnie polonaise Deep Ocean Technology assistée de la firme suisse BIG InvestConsult, basée à Zurich, cet édifice insolite serait le plus grand et le plus luxueux des hôtels immergés jamais construit. Présenté récemment, ce projet fou crée aujourd’hui un véritable buzz et est décrit à grand renfort de superlatifs dans la presse britannique. Il est vrai que cet étrange hôtel baptisé Water Discus a de quoi faire fantasmer. Sa structure est principalement composée de deux énormes disques: l’un sous l’eau, à dix mètres de profondeur. L’autre surplombant les flots, à 5 ou 7 m de hauteur. Les deux étant liés par cinq «pattes» et un gros pilier contenant un escalier et un ascenseur. Dans la partie supérieure, le projet comprend un restaurant, un spa et un centre de loisir. Mais le but premier est bien de plonger dans les fonds marins: le disque inférieur comprendra, lui, 21 suites avec vue sur les poissons et les coraux ainsi qu’un bar et un centre de plongée. Le nec plus ultra? L’hôtel est conçu pour être entièrement déplaçable! «Nous vous apportons un hôtel de luxe combiné avec une véritable aventure maritime et une vue imprenable au cœur de l’océan», promet le site Web du projet.

Joint hier en Pologne, l’un des concepteurs de cet hôtel du futur noie cependant un brin l’enthousiasme ambiant. «Le projet suit son cours et ça se passe plutôt bien, mais tout prend du temps. Nous passons actuellement les différentes étapes d’homologations et d’autorisations. Puis, nous construirons un prototype pour le tester.» Faut-il comprendre qu’il va falloir patienter longtemps avant de rêver de s’offrir une suite avec des poissons clowns comme voisins? «Nous estimons que la construction pourrait commencer d’ici cinq ans», tranche le concepteur.

Votre opinion