Publié

JaponUn îlot encore fumant apparaît au sud de Tokyo

Une nouvelle petite île a été découverte par les autorités japonaises à 1000 km au sud de Tokyo. Elle est due à une intense activité volcanique.

1 / 13
La nouvelle île japonaise a complètement englouti l'île voisine. Elle continue de grossir et couvre maintenant couvre 1,26 kilomètre carrés. (23 juillet 2014)

La nouvelle île japonaise a complètement englouti l'île voisine. Elle continue de grossir et couvre maintenant couvre 1,26 kilomètre carrés. (23 juillet 2014)

JAPAN COAST GUARD, AFP
La dernière image du satellite Landsat 8 montre la nouvelle île, fusion de Niijima et de et Nishino-shima. (30 mars 2014)

La dernière image du satellite Landsat 8 montre la nouvelle île, fusion de Niijima et de et Nishino-shima. (30 mars 2014)

NASA
La nouvelle île a pratiquement avalé la plus ancienne. (24 mars 2014)

La nouvelle île a pratiquement avalé la plus ancienne. (24 mars 2014)

Gardes-côtes japonais, Keystone

Un nouvel îlot encore fumant a été découvert mercredi 20 novembre 2013 dans l'océan Pacifique à un millier de kilomètres au sud de Tokyo, selon d'étonnantes images diffusées par les autorités japonaises.

L'émergence de cette petite île de 200 mètres de diamètre est due à une intense activité volcanique. Située au sud-sud-est de l'île volcanique inhabitée Nishinoshima du petit archipel Ogasawara, elle a été aperçue pour la première fois le 20 novembre à 16H17 par un avion des garde-côtes.

«L'éruption volcanique se poursuit toujours», ont expliqué ces derniers qui ont filmé l'îlot. C'est la première fois que cela se produit dans cette zone depuis 40 ans. En septembre 1973 était apparue une nouvelle île appelée Shinshima-Nishinoshima qui a en grande partie été mangée par les vagues depuis mais dont il reste encore un bout aujourd'hui.

Va-t-elle disparaître?

Depuis 1945, fin de la Guerre du Pacifique, quatre ou cinq îles auraient de la sorte été découvertes, a expliqué un commandant des garde-côtes à la télévision Fuji TV. Celle apparue ces derniers jours pourrait toutefois disparaître sous le niveau de la mer, indique la même source.

Les garde-côtes appellent néanmoins les bateaux à la prudence dans la région où l'activité volcanique risque de se poursuivre.

«Nous allons tout faire pour assurer la sécurité des navires et suivre attentivement l'activité volcanique», a commenté le porte-parole du gouvernement interrogé sur cette question durant son point de presse matinal quotidien. Si elle ne disparaît pas sous les flots, «nos eaux territoriales vont s'étendre», a-t-il déclaré.

Ces mots sont d'autant moins neutres que le gouvernement japonais est très attaché à ses eaux territoriales qu'il protège jalousement tandis que les bateaux des garde-côtes chinois s'ingénient à tourner autour d'un autre petit archipel inhabité administré par le Japon, les îles Senkaku, mais revendiqué par Pékin sous l'appellation Diaoyu.

(ats/afp)

Ton opinion