Actualisé

IranUn immeuble s'effondre: plusieurs pompiers tués

Après un incendie, un bâtiment s'est écroulé à Téhéran, jeudi, faisant de nombreuses victimes.

1 / 17
Téhéran enterre ce lundi 30 janvier 2017 ses 16 pompiers morts en martyr dans l'effondrement d'un immeuble survenu le 19 janvier. (lundi 30 janvier 2017)

Téhéran enterre ce lundi 30 janvier 2017 ses 16 pompiers morts en martyr dans l'effondrement d'un immeuble survenu le 19 janvier. (lundi 30 janvier 2017)

Keystone
16 pompiers sont décédés lors de l'effondrement de la tour, un hommage national leur a été rendu. (Vendredi 27 janvier 2017)

16 pompiers sont décédés lors de l'effondrement de la tour, un hommage national leur a été rendu. (Vendredi 27 janvier 2017)

Keystone
Les secouristes continuaient vendredi de fouiller les décombres d'un immeuble de 15 étages qui s'est effondré la veille à Téhéran. Ils recherchaient des pompiers portés disparus après avoir tenté d'éteindre un incendie. (Vendredi 20 janvier 2017)

Les secouristes continuaient vendredi de fouiller les décombres d'un immeuble de 15 étages qui s'est effondré la veille à Téhéran. Ils recherchaient des pompiers portés disparus après avoir tenté d'éteindre un incendie. (Vendredi 20 janvier 2017)

Keystone

Plusieurs pompiers ont trouvé la mort et d'autres sont portés disparus jeudi dans l'effondrement d'un immeuble de 15 étages à Téhéran, provoqué par un incendie. La catastrophe a aussi blessé au moins 80 personnes. La cause de l'incendie n'a pas été précisée.

Après le déclenchement de l'incendie le matin, l'immeuble Plasco Building a été immédiatement évacué avant de s'effondrer dans un gigantesque nuage de poussière, selon les images de la télévision publique. Décrivant la scène, un témoin a parlé de «film d'horreur».

Enquête réclamée

Le président Hassan Rohani a réclamé l'ouverture immédiate d'une enquête sur les causes exactes du drame «malheureux et attristant». Seuls des pompiers se trouvaient à l'intérieur du bâtiment quand il s'est écroulé, selon le maire Mohammad Bagher Ghalibaf.

Toute la journée, les secouristes ont mené des recherches pour tenter de retrouver les pompiers ensevelis sous les gravats. Des dizaines d'ambulances et des camions de pompiers ont afflué, ainsi que des familles en pleurs de pompiers pris sous les décombres.

Dépouilles pas encore évacuées

Après avoir annoncé un bilan de 20 morts parmi les pompiers, le maire de Téhéran est revenu sur ses propos. «Environ 20 de mes camarades à la Brigade des sapeurs-pompiers ont réussi à sauver des gens, mais ils sont de nouveau entrés dans le bâtiment pour s'assurer qu'il n'y avait plus personne. Avant qu'ils ne puissent parvenir aux étages inférieurs, le bâtiment s'est écroulé et certains d'entre eux sont tombés en martyrs», a-t-il dit.

Près de 80 personnes, en majorité des pompiers, ont été blessées, selon les services d'urgence. Six restaient hospitalisées en soirée.

Témoignage

Situé dans le sud de Téhéran, le Plasco était l'un des premiers plus hauts bâtiments construits dans la capitale au début des années 1960. Le bâtiment abritait notamment un centre commercial et environ 400 ateliers de vêtements.

Après le début d'incendie, les pompiers ont été dépêchés d'urgence sur place pour éteindre le feu. «J'étais à l'intérieur et, soudain, j'ai senti que le bâtiment se mettait à trembler et s'apprêtait à s'effondrer. Nous sommes sortis avec quelques collègues et, une minute plus tard, il s'écroulait», témoigne Ali, un pompier sur les lieux.

Familles en pleurs

«Je veux voir mon père rien qu'un instant», demande en pleurant la fille d'un des pompiers, venue comme d'autres familles s'enquérir sur le sort des pompiers ensevelis. Son père, âgé d'une cinquantaine d'années, a fini par venir, le visage noirci par la fumée. La jeune fille s'est jetée dans ses bras.

«Ton mari est aussi avec moi, sois tranquille», a lancé ce pompier à la femme d'un de ses collègues qui ne cessait de lui demander des nouvelles de son époux. Plus loin, un homme pleure au téléphone. «Mon ami avait un magasin dans l'immeuble. Je n'arrête pas d'appeler, mais ça ne répond pas et je pense qu'il a été piégé», déplore Moshen.

Vêtements stockés

Ahmad, propriétaire d'un magasin au Plasco, se désole d'«avoir tout perdu». «Des milliers de familles sont ruinées.» «Nous avons à plusieurs reprises mis en garde les responsables de l'immeuble» contre la fragilité de cette construction, indique Jalal Maleki, en regrettant qu'ils n'en aient pas tenu compte.

D'importantes quantités de vêtements étaient stockées dans les cages d'escalier, «ce qui va à l'encontre des normes de sécurité», note-t-il. Le Plasco a été construit en 1962 par un prospère homme d'affaires de confession juive, Habibollah Elghanian, qui, après la révolution islamique de 1979, a été condamné à mort et exécuté pour ses liens présumés avec Israël.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!