Manifestations de 2019 à Hong Kong – Un jeune condamné à 7 ans de prison pour avoir blessé un policier
Publié

Manifestations de 2019 à Hong KongUn jeune condamné à 7 ans de prison pour avoir blessé un policier

Un étudiant de 21 ans a été reconnu coupable de blessures volontaires, après avoir donné un coup de cutter à un représentant des forces de l’ordre, en octobre 2019.

Des millions de personnes étaient descendues dans les rues de Hong Kong, fin 2019.

Des millions de personnes étaient descendues dans les rues de Hong Kong, fin 2019.

AFP

Un juge de Hong Kong a condamné lundi, à sept ans et neuf mois de prison un jeune homme qui avait infligé un coup de cutter dans le cou à un policier pendant les gigantesques manifestations pro-démocratie de 2019. Hui Tim-lik, un étudiant alors âgé de 19 ans, avait blessé le policier en octobre 2019, au paroxysme du mouvement pro-démocratie qui avait fait descendre des millions de personnes dans les rues de Hong Kong.

Le jeune homme, qui avait été immédiatement arrêté et reste détenu depuis, avait initialement été inculpé de tentative de meurtre. L’accusé, qui selon ses avocats perd facilement le contrôle de lui-même car il souffre de troubles du spectre de l’autisme, n’a finalement été condamné que pour blessures volontaires. Il avait plaidé coupable et, dans une lettre lue devant la Cour, exprimé des remords pour sa «stupidité» et sa «haine».

«Quelles que soient les opinions politiques de chacun, l’usage de la violence doit être condamné. Il n’a pas de place dans notre société», a déclaré le juge Andrew Chan en prononçant la condamnation. Le policier avait été hospitalisé pendant une semaine et avait repris du service en juin 2020 après sept mois de convalescence. Le coup de cutter avait manqué d’un centimètre une artère vitale.

Déclenchées pour protester contre un projet de loi, depuis abandonné, qui aurait permis à Hong Kong d’extrader des suspects vers la Chine continentale, les manifestations de 2019, massives et parfois émaillées de graves violences, s’étaient transformées en un vaste mouvement de fond contre la mainmise de Pékin sur le territoire.

Plus de 10’000 personnes, pour la plupart des étudiants, avaient été arrêtées, et plus de 1100 d’entre elles poursuivies. À la suite de ces troubles, Pékin a imposé à Hong Kong en juillet 2020 une loi draconienne sur la sécurité nationale qui a étouffé toute dissidence dans l’ancienne colonie britannique.

(AFP)

Votre opinion