Publié

tennisUn jour à Roland-Garros (PAPIER D'ANGLE)

Par Cyril BELAUD PARIS, 26 mai 2013 (AFP) - De l'élimination de Venus Williams à la révélation du talent de la jeune Portoricaine Monica Puig : ce qu'il faut retenir de la 1re journée dimanche de Roland-Garros.

L'EXPLOIT Monica Puig (19 ans) n'a pas raté ses débuts en Grand Chelem. Pour son premier tournoi du genre, la 85e joueuse mondiale a sorti la Russe Nadia Petrova, tête de série N.11 et deux fois demi-finaliste à Paris (2003, 2005), en trois sets (3-6, 7-5, 6-4). La Portoricaine est il est vrai un peu chez elle à Paris, puisqu'elle avait été finaliste du tournoi junior en 2011. LE FLOP Venus Williams n'est plus que 30e mondiale, mais une élimination au premier tour d'un Grand Chelem reste une événement pour elle. C'est seulement la cinquième fois que cela lui arrive. Elle a subi la loi de la Polonaise Urszula Radwanska, la jeune soeur d'Agnieszka, victorieuse en trois sets 7-6 (7/5), 6-7 (4/7), 6-4. Venus, qui avait été finaliste à Roland-Garros en 2002, battue par sa soeur Serena, a fait preuve d'orgueil en recollant plusieurs fois au score. Elle a été menée 4-0 dans le tie-break du deuxième set avant de le remporter, puis est revenue de 5-1 à 5-4 dans le troisième set, sauvant même une balle de match. Mais cela n'a pas suffi. LES PHRASES "Il fait froid aujourd'hui." De Serena Williams lorsqu'elle a croisé Virginie Razzano, son bourreau au premier tour l'année dernière, ce week-end à Roland-Garros. "C'est marrant. Je sentais qu'elle ne savait pas trop quoi dire mais je suis contente. Car depuis un an je la croisais dans les couloirs et je sentais que je n'étais pas vraiment son amie. Là il y a eu un petit échange", a raconté Razzano, hilare. "Mon service, mon revers... Mon coup droit, c'est une catastrophe, mais on va essayer de régler ça", a répondu le Français Gilles Simon quand on lui a demandé s'il avait constaté des progrès dans son jeu depuis qu'il a un nouvel entraîneur, l'Allemand Jan De Witt. LES CHIFFRES 22 : soit le nombre de points inscrits par la Géorgienne Anna Tatishvili lors de sa défaite (6-0, 6-1) face à la N.1 mondiale Serena Williams. Sur ce total, 14 points sont dus à des fautes directes de l'Américaine, qui s'est imposée en seulement 51 minutes. 15 : comme le nombre d'Américaines dans le tableau du simple dames, soit presque 12% du nombre total d'engagées. 55 : pour le nombre de matches remportés à Roland-Garros par Roger Federer, qui en est à sa 15e participation au tournoi parisien, un record parmi les joueurs en activité. Le Suisse a ainsi gagné trois matches de plus que Rafael Nadal et seulement trois de moins que les détenteurs du record, Guillermo Vilas et Nicola Pietrangeli. L'HISTOIRE Après sa victoire face à Tatishvili, Serena Williams s'est laissée aller à dire quelques mots en français devant le public. La N.1 mondiale a ensuite expliqué à la presse qu'elle avait déjà prévu de le faire l'an passé. Mais elle n'en avait pas eu l'occasion, après avoir été éliminée dès le premier tour par la Française Virginie Razzano. "Je parle français depuis des années, mais je n'ai pas trop confiance en moi", a raconté l'Américaine, qui possède un appartement à Paris et a un entraîneur français (Patrick Mouratoglou). "Il fallait que je me lance", a-t-elle ajouté. "Je sais comment dire les choses. Mais c'est juste un problème de confiance. D'une certaine manière, c'est plus éprouvant nerveusement qu'un match de tennis". LE BILAN DES FRANCAIS Cinq des sept Français en lice dimanche se sont qualifiés pour le deuxième tour. L'un d'entre eux devait de toute manière disparaître puisque Virginie Razzano et Claire Feuerstein étaient opposées. La première a gagné en deux sets (7-6, 6-4). Le seul échec est celui d'Irena Pavlovic, battue 6-3, 6-4 par la jeune Américaine Shelby Rogers, qui bénéficiait comme elle d'une invitation. cyb/alh

(AFP)

Votre opinion