États-Unis - Un juge ouvre la voie à une lourde peine contre le policier qui a tué George Floyd
Publié

États-UnisUn juge ouvre la voie à une lourde peine contre le policier qui a tué George Floyd

Dans le dossier du policier responsable de la mort de l’Afro-Américain George Floyd, un magistrat a pris en compte quatre facteurs pouvant lui permettre d’infliger une peine plus sévère.

Le juge Peter Cahill n’a écarté qu’une circonstance aggravante, celle selon laquelle George Floyd n’était «pas particulièrement vulnérable», malgré son ingestion de drogues et ses poignets menottés, puisqu’il avait réussi à résister à son interpellation.

Le juge Peter Cahill n’a écarté qu’une circonstance aggravante, celle selon laquelle George Floyd n’était «pas particulièrement vulnérable», malgré son ingestion de drogues et ses poignets menottés, puisqu’il avait réussi à résister à son interpellation.

Reuters

Un juge a retenu plusieurs circonstances aggravantes contre le policier blanc Derek Chauvin, jugé coupable du meurtre de l’Afro-Américain George Floyd, ouvrant la voie à l’imposition d’une lourde peine dans ce dossier retentissant.

Dans un jugement rendu public mercredi, le magistrat Peter Cahill, qui doit prononcer la sentence le 25 juin, énumère quatre facteurs qui l’autoriseront à s’émanciper du barème des peines en vigueur dans le Minnesota, selon lequel Derek Chauvin risque 12,5 ans de prison.

«Une grande cruauté»

Le policier «a abusé de sa position de confiance et d’autorité», «a traité George Floyd avec une grande cruauté», a agi en présence de quatre «enfants» et «a commis son crime en réunion», écrit le juge.

Dans sa décision, Peter Cahill écarte en revanche un dernier argument soulevé par les procureurs. Pour lui, le quadragénaire noir n’était «pas particulièrement vulnérable», malgré son ingestion de drogues et ses poignets menottés, puisqu’il avait réussi à résister à son interpellation.

Manifestations monstres

Le 25 mai 2020, à Minneapolis, quatre policiers avaient voulu arrêter George Floyd, soupçonné d’avoir écoulé un faux billet de 20 dollars. Pour le maîtriser, ils l’avaient menotté et mis à plat ventre sur le sol. Derek Chauvin s’était alors agenouillé sur son cou et avait maintenu sa pression pendant près de dix minutes, malgré les supplications du suspect et de passants affolés.

Le drame, mis en ligne sur internet, a suscité des manifestations monstres dans le monde entier contre le racisme et les violences policières.

Collègues jugés en août

Après plusieurs semaines d’un procès très suivi, le policier a été reconnu coupable de meurtre le 20 avril et immédiatement incarcéré. Ses trois collègues seront jugés en août pour complicité.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires