03.03.2018 à 13:47

Bienne (BE)Un locataire sinistré relogé dans une église

Après l'incendie, Peter Hiltbrand a été ballotté d’une agence immobilière à l’autre, jusqu’à s’adresser aux affaires sociales. Sans résultat, selon lui.

von
Vincent Donzé
Peter Hiltbrand et sa famille ont dû parer au plus pressé après le sinistre qui a ravagé leur appartement.

Peter Hiltbrand et sa famille ont dû parer au plus pressé après le sinistre qui a ravagé leur appartement.

Peter Gerber/Blick

Des nuggets plongés dans de l’huile ont provoqué l’incendie d’un appartement au neuvième étage d’un HLM de Bienne, lundi dernier. Au milieu des décombres, le locataire Peter Hiltbrand (59 ans) a critiqué les autorités biennoises, coupables selon lui de négligence.

Sa femme (46 ans), leurs deux fils (10 et 16 ans) et lui n’ont retrouvé un toit que grâce à l’Église réformée. Relaté par Blick, le lendemain du sinistre a tout d’une odyssée. Peter Hiltbrand a été ballotté d’une agence immobilière à l’autre, jusqu’à s’adresser aux affaires sociales. Sans résultat, selon lui.

«Je n’ai bénéficié d’aucune aide, moi qui paie mes impôts», s’insurge Peter Hiltbrand. Le conseil reçu: aller à l’hôtel pour 3000 francs par mois. «Je ne peux pas me le permettre», a répliqué le père de famille, au bénéfice de l’AI. Directeur de l’Action sociale, le conseiller municipal Beat Feurer s’est assuré, hier, que les mesures immédiates avaient été prises. Ses services savaient la nuit du sinistre qu’une mère et son fils devaient être relogés et le veilleur de nuit de l’Armée du Salut a fourni une chambre pour deux personnes.

Lorsque le père a pu quitter à son tour l’hôpital, la couple a déclaré pouvoir être hébergé chez leur fille à Brügg (AG), où ils ont été acheminés après avoir récupéré des médicaments dans l’appartement sinistré. «Le devoir de reloger des locataires sinistrés incombe avant tout au propriétaire et à son assurance», conclut Beat Feurer.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!