Publié

Faune genevoiseUn loup vu à Genève pour la première fois depuis 150 ans

Des images déclenchées automatiquement par un piège photo dans la nuit du 7 au 8 janvier ont permis de découvrir le passage d’un loup dans le canton.

par
comm/lhu

Le loup ne constitue pas un danger pour l’homme, rappelle le Canton

Facebook Canton de Genève @geenvironnement

Un loup était de passage à Genève en début d’année: une première depuis 150 ans. Dans le cadre de leurs activités de suivi de la faune, les gardes de l’environnement ont découvert des images déclenchées automatiquement par un piège photo dans la nuit du 7 au 8 janvier, a indiqué le Département du territoire du Canton jeudi dans un communiqué.

Sur la séquence, on voit un animal, prudent et craintif, flairer précautionneusement les environs puis rebrousser chemin. Sa gorge blanche et sa large encolure sont caractéristiques du loup. Il s’agit du premier confirmé par un service officiel après une absence de 150 ans. À ce stade, aucune autre image n’a été enregistrée et il est difficile de savoir si le séjour de l’animal s’est prolongé, sachant que cette espèce très mobile peut parcourir de longues distances en une seule nuit.

«À titre de précaution, les éleveurs de la région, peu nombreux, ont été informés sans délai et des mesures de sécurisation des animaux de rente vont être mises en œuvre sur le terrain avec l’aide des autorités. Il faut aussi rappeler que le loup ne constitue pas un danger pour l’homme, comme l’attestent toutes les données recueillies en Europe depuis un siècle», a précisé le Canton.

Canton de Genève

Pas totalement une surprise

Cette découverte ne constitue pas pour autant une surprise, car elle fait écho au retour progressif du loup, observé à la fois en Suisse et en France voisine, sur ses anciens territoires.

Par où revient le loup à Genève? C’est une question qui reste ouverte, car celle de son passage tôt ou tard par notre canton paraissait déjà acquise depuis quelque temps. En effet, dans le bassin lémanique, cet animal retrouve progressivement ses territoires, avec des familles établies aussi bien dans le Jura vaudois et les Alpes que dans le Chablais savoyard, où une vingtaine de loups seraient présents. Et c’est peut-être bien cette petite population, observée jusqu’au pied des Voirons, qui pourrait être à l’origine de l’observation genevoise relevée dans un espace naturel du sud-est du canton.

Une espèce précieuse

Cette donnée hivernale correspond au moment où les loups élargissent leurs territoires d’exploration, à la recherche de leurs proies habituelles. Cette espèce joue un rôle précieux pour la santé des écosystèmes en régulant les grands ongulés. Dans ce domaine, le canton pourrait tirer parti de l’action de cet animal, car le chevreuil, le sanglier et, plus récemment, le cerf, y sont désormais bien représentés.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
99 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

BonDébarra

15.01.2021 à 21:08

De retour à la maison qu’il y reste.

Dujardin

15.01.2021 à 17:06

Affirmer que le loup ne constitue pas un danger pour l'homme, cela me paraît irresponsable. Le loup peut s'attaquer à des enfants ou à des adultes affaiblis. Et je ne souhaite à personne d'en rencontrer une meute. D'autre part, plutôt que de confier à cette "espèce précieuse" la régulation des ongulés, vu que la viande fait partie de l'assiette de la plupart des personnes, qu'elles consomment donc la viande de ces chevreuils, sangliers et cerfs. C'est préférable de manger de la viande d'animaux qui ont vécu normalement, en liberté. Interdire la chasse et se nourrir de la viande d'animaux issus des bagnes de l'élevage industriel, quelle absurdité!

Loup y es-tu

15.01.2021 à 13:24

Ce loup est l' "Alpha" de la meute des grisons qui a tué un de ses confrères. Il est venu à Genève sachant que la prison de Champ d'Ollon est pleine et que donc il ne risque rien dans ce canton.