Un malfrat tué lors d'un cambriolage «très violent»

Publié

Un malfrat tué lors d'un cambriolage «très violent»

L'homme s'enfuyait lorsqu'il a été abattu par sa victime. Le tireur et son fils, aussi l'auteur de coups de feu, sont en garde à vue.

Keystone

Un homme de 48 ans, connu des services de police, a été tué par arme à feu dans la nuit de vendredi à samedi lors du cambriolage «très violent» d'une maison en Isère (F), a-t-on appris samedi auprès du parquet de Vienne.

Le drame est survenu peu après 23h, vendredi, devant le domicile d'un couple situé à Bonnefamille, entre Bourgoin-Jallieu et Lyon. D'après le parquet de Vienne, les sexagénaires ont été surpris dans leur lit, puis agressés, par «trois ou quatre» cambrioleurs qui leur ont intimé l'ordre de rester couchés, en leur imposant de garder le visage contre les oreillers.

Un premier coup de feu, volontairement dirigé dans le volet du couple pour faire fuir les agresseurs, a été tiré avec un fusil de chasse par leur fils, âgé de 37 ans, habitant une maison voisine. Il avait été réveillé par les cris de sa mère.

Deux autres balles ont été tirées, une en l'air et l'autre en direction d'un des cambrioleurs en fuite. Touchée, la victime a stoppé sa course dans un véhicule stationné près des lieux du cambriolage après avoir escaladé le portail d'entrée. En arrêt cardiaque à l'arrivée des secours, le cambrioleur est décédé en dépit de l'assistance des pompiers, qui ont tenté en vain de le ranimer.

Enquête ouverte

L'homme victime du cambriolage et son fils ont été placés en garde à vue. «En l'état, aucun élément déterminant ou définitif ne peut être avancé, et toutes les hypothèses méritent d'être étudiées», a souligné Matthieu Bourrette, procureur de la République de Vienne, appelant à la prudence sur la question de la légitime défense.

Deux procédures, la première pour homicide volontaire, la seconde pour tentative de vol par effraction avec violences en réunion, ont été ouvertes par le parquet pour faire la lumière sur les circonstances du drame.

Une autopsie du corps de la victime doit être pratiquée lundi matin.

(AFP)

Ton opinion