Publié

Afrique du SudUn marathon commémoratif en l'honneur de Mandela

Des sportifs ont participé à un marathon commémoratif qui reliait la banlieue de Pietermaritzburg, où Mandela avait prononcé son dernier discours d'homme libre, à Howick, village où il a été arrêté le 5 août 1962.

Les participants du "Mandela Day Marathon" au départ.

Les participants du "Mandela Day Marathon" au départ.

AFP

Des centaines de personnes ont participé dimanche à un marathon à l'occasion du 50e anniversaire de l'arrestation de Nelson Mandela.

Cette course reliait une salle de la banlieue de Pietermaritzburg où Mandela avait prononcé son dernier discours d'homme libre le 25 mars 1961, à Howick, village où il a été arrêté le 5 août 1962.

Le héros de la lutte antiapartheid, aujourd'hui âgé de 94 ans, est resté en prison jusqu'en février 1990. Il est devenu quatre ans plus tard le premier président noir du pays.

Les Sud-Africains aimant la symbolique des chiffres, les organisateurs voulaient limiter le nombre de participants à 466 (hommage au numéro de prisonnier de Mandela, 466-64), avant de le porter à 940 (son âge multiplié par 10) pour répondre à la demande.

«On a dû refuser du monde et dire 'non', constate Mbeko Nzimande, porte-parole du district. «Dès que vous parlez de Mandela, tout le monde veut participer!», s'écrie Mbeko Nzimande, l'une des organisatrices du marathon.

Parallèlement à la course principale, 560 personnes ont couru 10 km tandis que le grand public était invité à marcher exactement 4,666 km, jusqu'au lieu où M. Mandela fut arrêté, doté depuis quinze jours d'une impressionnante sculpture révélant par des jeux de lumière le visage de l'icône sud-africaine.

Tourisme dans les townships

Les autorités locales comptent désormais faire de ce marathon un événement annuel. «L'objectif stratégique est de faire passer un message de paix, d'espoir et d'égalité, promouvoir la cohésion sociale, promouvoir le tourisme, créer des opportunités économiques et mettre les Midlands (la région de Pietermaritzburg) sur la carte du monde», explique Yusuf Bhamjee, le maire d'uMgungundlovu.

«C'est une façon de promouvoir le tourisme dans les townships», précise son adjoint Siphiso Mkhize.

En attendant, et quand bien même l'un des buts du marathon est de promouvoir l'égalité, les coureurs n'étaient pas admis dans l'espace réservé aux personnalités.

(ats)

Votre opinion