Publié

Basketball«Un match que l'on n’oubliera jamais»

Tombeuse de la Serbie, cinquième meilleure nation au monde, l’équipe de Suisse s’est relancée dans la course à l’Euro 2022. Après l’exploit, la fierté était immense chez Gianluca Barilari et Dusan Mladjan.

par
Jérémy Santallo
La joie des joueurs suisses samedi dans la bulle sanitaire de la Metro Arena d’Espoo, en Finlande.

La joie des joueurs suisses samedi dans la bulle sanitaire de la Metro Arena d’Espoo, en Finlande.

FIBA BASKETBALL

Alors certes, ce n’était pas la grande Serbie d’il y a quelques années. Comme la Suisse, privée de Clint Capela et, dans une moindre mesure, de Thabo Sefolosha, les Serbes ne pouvaient pas compter sur leurs joueurs NBA, ni sur certains éléments de top niveau européen. Quand bien même. Ce qu’a réalisé l’équipe de Suisse ce samedi dans la bulle d’Espoo (Finlande) doit être considéré à sa juste valeur: comme le plus grand exploit de l’histoire de cette sélection, peut-être même juste devant ce succès en août 2014 face à la Russie lors des qualifications pour l’Euro 2015.

Il suffisait de voir la Une de la page de la FIBA, ornée du résumé du match (92-90), ou les mines déconfites de Danilo Andjusic et son sélectionneur Igor Kokoskov, en arrivant en conférence de presse, pour prendre la mesure du séisme provoqué par Jonathan Dubas et sa bande. «Je veux d’abord féliciter la Suisse pour sa belle victoire, a avoué l’arrière de Bourg-en-Bresse (Jeep Elite). On a très mal débuté la partie défensivement. On les a laissé marquer sept paniers à 3 points et plusieurs tirs faciles. Toute la rencontre, nous n’avons pas défendu comme nous sommes supposés le faire, parce nous nous avons une équipe jeune. Prendre 92 points, c’est beaucoup trop, et c’est pour cela que l’on a perdu aujourd’hui.»

Quand Kazadi va, tout va

Il faut bien avouer que la Suisse pouvait difficilement mieux démarrer son duel face à la cinquième meilleure nation du monde. Si c’est l’éternel Dusan Mladjan (16 points en 23 minutes en sortie de banc) qui a rentré le tir de la victoire quasi au buzzer, c’est son frère cadet Marko, 18 points et 4/4 derrière l’arc, qui a mis sa sélection sur les rails de l’exploit, en marquant trois shoots longue distance lors du premier quart-temps. Des paniers capitaux qui ont permis de regarder la Serbie d’entrée les yeux dans les yeux. «Notre plan était de rester dans le match les quinze premières minutes. Et on l'a fait, on a bien commencé. Les tirs réussis au 1er quart nous ont donné confiance», a reconnu Dusan, qui évolue en club avec Marko à Massagno.

Vite privé de Natan Jurkovitz, blessé au pied, sur le poste d’ailier, puis d’Arnaud Cotture, pénalisé par 5 fautes en 15 minutes, le sélectionneur Gianluca Barilari a pu compter sur les relais précieux de Michel Ofik-Nzege et Jonathan Dubas. Pas toujours inspiré défensivement, Roberto Kovac a compensé avec 14 unités. Et comme le maestro Jonathan Kazadi était de sortie (16 points, 8 rebonds, 7 assists et un différentiel +/- de 14), la Suisse, qui a mené la quasi totalité du match, a tenu jusqu’au bout. De quoi arracher quelques larmes au coach. «Ai-je pleuré? C'est bien possible, oui, a concédé Gianluca Barilari. C'est beaucoup de stress et de pression, et nous sommes des êtres humains. Donc oui, cela peut arriver.»

«Quand le ballon est parti de ma main, je savais qu'il allait rentrer»

Dusan Mladjan, joueur de l’équipe de Suisse

Quelques minutes plus tôt, dans une fin de rencontre irrespirable où la Serbie avait eu sa chance de prendre les devants, Dusan Mladjan avait fait honneur à sa réputation de tireur d’élite, à trois dixièmes du gong final. Un shoot pour l’histoire. «Mettre le dernier tir, c’est toujours quelque chose de spécial. Mon frère Marko m'a bien trouvé dans le coin du terrain. C'est ce genre de tir où, quand le ballon est parti de ma main, je savais qu'il allait rentrer. Nous avons vaincu l'une des meilleures sélections du monde, c’est fou.» Gianluca Barilari, lui, ne disait pas autre chose. «C’est un honneur de jouer contre la Serbie, l'une des meilleures nations de basket que ce jeu ait vu. C'est clairement un match que l'on n’oubliera jamais.»

Après deux défaites pour commencer sa campagne, l’équipe de Suisse s’est relancée dans la course à l’Euro 2022. D’autant plus que samedi soir, la Géorgie, déjà qualifiée puisqu’elle est l’un des pays hôtes de la phase finale, a battu la Finlande (91-85). La Suisse, la Serbie et la Finlande, qui se disputent les deux tickets restants du groupe E, sont donc à égalité (4 points) avant les rencontres) de lundi (Suisse – Géorgie et Serbie – Finlande. La Géorgie aura Tornike Shengelia (CSKA Moscou)? Au fond, peu importe pour Gianluca Barilari. «On s'est prouvé à nous-mêmes que nous avions toute notre place dans ce groupe, et à ce niveau.»

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Swissitude

29.11.2020 à 11:32

Super ! Maintenant il nous reste plus cas battre les États Unis et l'Espagne première et deuxième meilleure nation de Basketball au monde.

Louis

29.11.2020 à 10:32

Félicitations! Congratulations!

Len

29.11.2020 à 10:26

Bravo et merci pour le spectacle !!!!!!! Fière de notre équipe :-)