Traitement anti-Covid – Un médicament contre le Covid ne passe pas les tests
Publié

Traitement anti-CovidUn médicament contre le Covid ne passe pas les tests

Le fabricant Atea, partenaire du Bâlois Roche, a essuyé un revers lors de la phase de tests pour un comprimé destiné à lutter contre les formes légères de la maladie.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

AFP

La société biopharmaceutique américaine Atea Pharmaceuticals, partenaire du groupe suisse Roche, a essuyé un revers lors d’essais cliniques sur un comprimé anti-Covid pour les patients soignés en dehors de l’hôpital pour une forme légère à modérée de l’infection, a-t-elle annoncé mardi.

Lors d’essais de phase II, son traitement appelé AT-527 «n’a pas atteint ses critères primaires» concernant la réduction de la charge virale par rapport au placebo chez des patients non hospitalisés souffrant d’une forme légère à modérée de la maladie, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

En revanche, chez les patients à haut risque et souffrant de problèmes de santé, une réduction de la charge virale a été observée au bout de sept jours avec ce traitement en cours d’étude administré en dose de 550 milligrammes et 1100 milligrammes, a-t-elle insisté.

Meilleure compréhension

Les modifications potentielles qui peuvent en découler pour les essais de phase III, qui correspondent à la phase la plus avancée des études cliniques, sont en cours d’évaluation. Leurs résultats ne sont en conséquence attendus que pour la seconde moitié de 2022.

En octobre l’an passé, le géant suisse Roche avait conclu un accord avec Atea Pharmaceutical pour développer ensemble ce traitement prometteur, administré par voie orale sous forme de comprimé, allégeant potentiellement la prise en charge des patients touchés par une forme légère de l’infection pour les soigner en dehors de l’hôpital.

«Bien que le critère primaire n’ait pas été atteint, ces données font avancer notre compréhension du AT-527, des antiviraux et plus largement du Covid-19», a de son côté réagi le laboratoire suisse, soulignant que Roche va évaluer les prochaines étapes pour les essais de phase II et III en cours.

Des données publiées en juin pour des essais de phase II s’étaient avérées favorables chez les patients à haut risque soignés à l’hôpital. Plusieurs laboratoires travaillent sur des antiviraux sous forme de comprimés, dont l’américain Merck qui a annoncé début octobre le dépôt d’une demande d’autorisation auprès de l’agence américaine des médicaments pour son traitement appelé molnupiravir.

(AFP)

Votre opinion

46 commentaires