Un météoroïde a frappé le télescope James Webb
Publié

EspaceUn météoroïde a frappé le télescope James Webb

Il ne s’agissait que d’une poussière, mais plus grande que prévu, qui a causé de légers dommages à l’un des segments du miroir principal.

par
Michel Pralong
La micrométéorite a frappé l’un des 18 éléments dorés du miroir principal.

La micrométéorite a frappé l’un des 18 éléments dorés du miroir principal.

NASA

Tout vaisseau spatial qui fait une mission suffisamment longue va subir des impacts de météoroïdes, nom donné aux micrométéorites ou poussières planétaires. Depuis son lancement le 25 décembre dernier, le télescope spatial James Webb a déjà été frappé par quatre de ces poussières volant à une vitesse extrême, toutes d’une taille correspondant aux prévisions de la NASA.

Mais celui qui l’a touché entre le 23 et le 25 mai a eu un impact «plus important que nos prédictions de dégradation supposées» a écrit le 8 juin dans un blog Thaddeus Cesari, de la NASA. La collision s’est produite avec l’un des 18 éléments qui forment le miroir principal. «Après les premières évaluations, l’équipe a constaté que le télescope fonctionnait toujours à un niveau qui dépasse toutes les exigences de la mission malgré un effet marginalement détectable dans les données. Des analyses et des mesures approfondies sont en cours», poursuit-il.

Le miroir du télescope a été conçu pour résister au bombardement de particules de la taille d’une poussière. Les ingénieurs ont utilisé un mélange de simulations et d’impacts de test réels sur des échantillons de miroirs pour avoir une idée plus claire de la façon de fortifier l’observatoire pour un fonctionnement en orbite. Cet impact le plus récent était plus important que ce qui avait été modélisé et au-delà de ce que l’équipe aurait pu tester sur le terrain, précise le texte.

Réajuster les miroirs

Les dégâts causés sont minimes et peuvent en outre, être en partie réparés. Il est en effet possible de réajuster les miroirs. «En ajustant la position du segment affecté, les ingénieurs peuvent annuler une partie de la distorsion. Cela minimise l’effet de tout impact, bien que toute la dégradation ne puisse pas être annulée de cette façon. Les ingénieurs ont déjà effectué un premier ajustement de ce type pour le segment C3 récemment affecté, et des ajustements de rétroviseurs supplémentaires prévus continueront d’affiner cette correction. Ces étapes seront répétées si nécessaire en réponse à des événements futurs dans le cadre de la surveillance et de la maintenance du télescope tout au long de la mission».

Si une pluie de météorites venait à être détectée, les ingénieurs ont également la possibilité de tourner le miroir, afin qu’il ne subisse pas les impacts directement. Mais la collision survenue au mois de mai a été le fait d’une poussière isolée et est considérée par la NASA comme un «événement fortuit inévitable». Mais suite à ce choc, une équipe a été formée pour rechercher des moyens d’atténuer les effets d’autres impacts de micrométéoroïdes de cette ampleur. Cet événement n’a toutefois pas modifié le calendrier de mission du télescope,

Votre opinion

5 commentaires