Canton de Bâle-Campagne: Un meurtrier récidive en période probatoire
Publié

Canton de Bâle-CampagneUn meurtrier récidive en période probatoire

Un sexagénaire avait été condamné pour un double assassinat en 1994 et se trouvait en liberté conditionnelle au moment du nouveau crime qui lui est reproché.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Le Ministère public de Bâle-Campagne a inculpé un Suisse de 63 ans pour assassinat, l'accusant d'avoir poignardé son ex-compagne en novembre 2015 à Frenkendorf (BL).

Le prévenu avait déjà été condamné pour un double assassinat en 1994 et se trouvait en liberté conditionnelle au moment du nouveau crime qui lui est reproché. La date du procès, qui se déroulera au Tribunal pénal de Bâle-Campagne, n'est pas encore fixée, indique le Ministère public vendredi. L'homme se trouve en détention depuis son arrestation le soir même de son acte.

Les faits remontent au 12 novembre 2015. Le prévenu est accusé d'avoir poignardé une femme de nationalité suisse âgée de 64 ans. Ils avaient eu une relation, mais la femme y avait mis fin. En 1994 déjà, l'homme avait tué à Hägendorf (SO) une femme de 27 ans - son ex-compagne d'alors - et le frère de celle-ci, âgé de 30 ans. Condamné à la peine maximale, il avait été libéré en 2011 et se trouvait en période probatoire pour cinq ans.

L'homme s'était montré coopératif dans ce cadre et se rendait à chaque rendez-vous fixé par son psychothérapeute, ont souligné les autorités. Rien ne laissait augurer un nouveau crime violent de sa part.

Libération refusée en 2009

En 2009, les autorités soleuroises avaient pourtant refusé sa demande de libération conditionnelle après 15 ans de détention. Elles s'appuyaient en cela sur une expertise psychiatrique et les recommandations de la commission chargée d'évaluer la dangerosité des criminels pour la société. Une décision cassée la même année par le Tribunal administratif pour vice de forme.

Lors du réexamen du cas de cet homme, la commission s'est prononcée en faveur de sa libération conditionnelle en s'appuyant sur une nouvelle expertise. Cette dernière concluait que le double meurtrier ne représentait plus aucun danger. Les autorités l'ont alors remis en liberté conditionnelle.

(ats)

Votre opinion