Publié

TaiwanUn milliardaire donne tout aux bonnes œuvres

Le patron du groupe Evergreen ne laissera rien à ses enfants. Ils doivent travailler dur s'ils veulent s'enrichir.

Chang Yung-fa.

Chang Yung-fa.

AFP

Le bouddhisme n'est pas incompatible avec l'enrichissement personnel. Pour autant que l'on redistribue son argent afin de s'assurer un bon karma pour sa prochaine vie. C'est en tout cas la philosophie adoptée par le magnat taïwanais du transport maritime et aérien Chang Yung-Fa, rapportait mercredi «Le Figaro».

Agé de 84 ans, le patron du groupe Evergreen a annoncé que, à sa mort, il ne laisserait rien de sa fortune, estimée à 1,6 milliard de francs, à ses enfants mais redistribuerait tout à des œuvres de charité. Il estime que sa fille et ses quatre fils possèdent suffisamment d'actions de l'entreprise pour vivre et qu'ils n'ont qu'à travailler dur s'ils veulent s'enrichir, selon le «China Post».

«L'argent doit circuler au lieu de profiter à une seule personne. Travailler dur pour gagner beaucoup d'argent n'est pas une mauvaise chose. Mais le bonheur dû à l'argent n'est qu'éphémère et peut se transformer en douleur lorsqu'on le perd. Mais si cet argent est utilisé pour la bonne cause, c'est merveilleux de voir des gens se remettre sur pied grâce à l'aide qu'on leur accorde. Le bonheur issu des bonnes actions reste éternellement dans le cœur», a détaillé Chang Yung-Fa au «Taipei Times».

782e fortune mondiale selon le classement du magazine « Forbes », Chang n'est que le dernier en date des milliardaires taïwanais à promettre de faire don de sa fortune, après notamment le patron de Foxconn, qui fabrique l'iPhone.

Ton opinion