Malaisie - Un millier de machines de minage de bitcoins détruites au rouleau-compresseur
Actualisé

MalaisieUn millier de machines de minage de bitcoins détruites au rouleau-compresseur

Huit personnes ont été arrêtées pour avoir volé l’équivalent de 1,8 million de francs d’électricité, en branchant ces machines gourmandes en énergie sur le réseau général.

Les machines de minage de bitcoins sont détruites au rouleau-compresseur.

Les machines de minage de bitcoins sont détruites au rouleau-compresseur.

AFP

La police malaisienne a imaginé un moyen spectaculaire d’afficher sa détermination dans la lutte contre le vol d’électricité en détruisant au rouleau-compresseur plus d’un millier de machines de minage de bitcoins – une activité très énergivore – qui avaient été saisies lors de descentes de police. Ces machines, d’une valeur estimée à 5,3 millions de ringgit (1,1 million de francs) avaient été découvertes lors de plusieurs opérations de police sur l’île de Bornéo entre février et avril.

Au total, huit personnes ont été arrêtées pour avoir volé l’équivalent de 1,7 million d’euros d’électricité en branchant illégalement ces machines très gourmandes en énergie sur le réseau général, selon la police. «Les mineurs de cryptomonnaies volent l’électricité», a dénoncé Hakemal Hawari, un haut responsable de la police de la ville de Miri, dans le nord de la partie malaisienne de Bornéo. «Leurs agissements sont dangereux, non seulement pour les vies humaines, mais aussi d’un point de vue matériel, car ils peuvent provoquer des coupures de courant.»

1069 machines détruites au rouleau-compresseur

Les 1069 machines servant au minage ont été déposées la semaine dernière sur un parking de Miri avant d’être détruites au rouleau-compresseur. Six des personnes arrêtées ont été condamnées pour vol d’électricité et incarcérées pour six mois.

Le bitcoin repose sur des blocs de transactions codées et authentifiées s’ajoutant les uns aux autres. Ces blocs sont produits par de puissants ordinateurs qui doivent résoudre des équations dont la complexité augmente à mesure que la valeur de la monnaie augmente, rendant ainsi plus compliquée sa production. Or, que ce soit pour la production de bitcoins ou pour les transactions, les échanges se font via les «mineurs», des entreprises ou des particuliers, eux-mêmes rémunérés en cryptomonnaie et donc encouragés à produire quand sa valeur augmente, ce qui nécessite d’énormes consommations d’énergie.

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire