30.01.2017 à 07:45

VidéoUn millier de migrants en mer malgré l'hiver

Plus de 1360 migrants ont été secourus dans des conditions souvent difficiles depuis vendredi, et trois retrouvés sans vie, à bord d'une douzaine d'embarcations parties de Libye.

Cette vidéo diffusée par les gardes-côtes italiens montre une jeune femme paniquée se jeter en pleurs dans les bras de l'un des secouristes. «Ne vous inquiétez pas, madame, restez avec moi, ne vous inquiétez pas. C'est fini, vous êtes en sécurité. Allez, montez sur mon bateau, nous allons en Italie, ensemble», lui dit le militaire en la serrant dans ses bras.

Alors que les pays européens tentent de freiner le flux de migrants via la Libye, avec en particulier un soutien renforcé aux gardes-côtes libyens, un millier de personnes ont été secourues vendredi, 150 samedi et plus de 210 dimanche. Les trois corps ont été retrouvés sur deux canots, l'un vendredi et les deux autres samedi. La cause des décès n'est pas connue, mais dans ces embarcations surchargées prenant toujours l'eau, l'hypothermie et les émanations de carburants peuvent être fatales en quelques heures.

«Nous étions perdus en mer, les gens priaient, pleuraient. Ce que nous avons traversé est au-delà de ce qui est humainement imaginable», a déclaré un Nigérian de 26 ans aux secouristes qui l'ont recueilli dimanche sur l'Aquarius, affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans Frontières. Pour Sophie Beau, une responsable de l'ONG SOS Méditerranée, la situation reste «critique» sur l'axe Libye-Italie, qui a déjà coûté la vie à au moins 220 personnes en janvier, tandis que les secours de ces derniers jours porteront les arrivées en Italie à environ 4000.

La quasi-totalité des migrants empruntant cet axe viennent de la Corne de l'Afrique et d'Afrique de l'Ouest. Mais les côtes sud de l'Italie voient régulièrement débarquer aussi des familles syriennes et irakiennes, le plus souvent avec des enfants, parties de Grèce ou de Turquie. Samedi matin, 37 Syriens et Irakiens ont débarqué près de Crotone, en Calabre (sud). Dimanche, la police a intercepté un voilier transportant 39 hommes, femmes et enfants syriens ou irakiens, et arrêté l'équipage, trois Ukrainiens soupçonnés d'être des passeurs.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!