Droits de douane: Un ministre chinois traite Trump «d'irrationnel»
Publié

Droits de douaneUn ministre chinois traite Trump «d'irrationnel»

Le chef des Finances Lou Jiwei a estimé que Donald Trump était un homme «du type irrationnel».

Le ministre chinois des Finances Lou Jiwei.

Le ministre chinois des Finances Lou Jiwei.

AFP

Des tarifs douaniers prohibitifs sur les produits chinois. Voici ce que souhaite imposer le candidat républicain à la Maison Blanche. Cette idée lui vaut d'être taclé par le ministre chinois des Finances qui estime que Donald Trump est «du type irrationnel» et que les Etats-Unis «ne mériteraient pas d'être les leaders du monde» si les politiques commerciales prônées par le candidat à l'investiture républicaine à la présidence des Etats-Unis étaient suivies, a affirmé le ministre chinois au quotidien The Wall Street Journal.

Lou Jiwei, qui était à Washington pour les assemblées générales du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, est connu pour son franc-parler parmi les responsables chinois.

Donald Trump a fait de ses attaques contre le libre-échange un des leitmotivs de sa campagne électorale, accusant notamment la Chine de manipuler sa monnaie et réclamant l'imposition de droits commerciaux allant jusqu'à 45% sur les importations chinoises.

USA et Chine interdépendants

Selon le journal, le ministre des Finances chinois a affirmé que l'imposition de tels droits seraient contraire aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et que dans ces conditions, les Etats-Unis ne mériteraient pas d'être en position de leader mondial.

Interrogé sur l'esprit de la campagne électorale aux Etats-Unis, le responsable chinois a également estimé que les Américains devaient reconnaître que les Etats-Unis et la Chine «sont dépendants l'un de l'autre» et que les deux pays auraient beaucoup à perdre dans une confrontation économique.

Lou Jiwei est le premier haut responsable chinois à faire spécifiquement un commentaire sur le candidat Trump, affirme le Wall Street Journal. En mars, le Premier ministre chinois Li Keqiang, interrogé sur la campagne électorale américaine en général, avait juste relevé qu'elle était «animée et accrochait le regard» de bien des gens, rappelle encore le quotidien.

(AFP)

Votre opinion