Publié

RecherchesUn modèle statistique pour déjouer l'évolution du VIH

Des recherches menées en Suisse ont permis d'élaborer un modèle statistique qui permet de prévoir la mutation du VIH chez chaque patient.

Le virus VIH est redouté notamment en raison de sa forte mutabilité.

Le virus VIH est redouté notamment en raison de sa forte mutabilité.

AFP

Des chercheurs de l'EPFZ et de l'étude suisse de cohorte VIH ont développé un modèle statistique permettant de prédire l'évolution génétique du virus du sida chez chaque patient. Cette projection permet un pronostic individuel bien plus précis, selon ces travaux publiés dans PLoS Computational Biology.

Le virus VIH est redouté notamment en raison de sa forte mutabilité. Si l'agent pathogène du sida mute exactement là où un médicament agit, il en neutralise l'effet et fait échouer le traitement, a indiqué lundi le Fonds national suisse (FNS), qui a soutenu ces travaux.

Les médecins disposent de plus d'une trentaine de thérapies combinées contre le VIH et il n'est pas aisé d'opter pour celle qui sera la mieux adaptée au patient. Les modèles de pronostic existants considèrent certes le patrimoine génétique du virus du sida, mais ne tiennent pas compte du fait que le virus ne cesse de muter de façon séquentielle.

Barrière génétique individualisée

L'équipe de Niko Beerenwinkel, de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), a développé ce modèle prédictif plus précis grâce à une nouvelle méthode qui s'appuie sur la théorie des probabilités. Il apporte notamment une nouvelle donnée sur le développement attendu de la résistance: la barrière génétique individualisée.

Appliquée rétrospectivement à 2185 patients de la cohorte suisse VIH, cette donnée permettait de mieux évaluer la réussite du traitement que les modèles actuels. Les chercheurs vont maintenant intégrer la barrière génétique individuelle au sein d'un projet-pilote, conclut le FNS.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!