Publié

Afrique du SudUn Mozambicain traîné par un véhicule de police

La police des polices a ouvert une enquête après le décès d'un chauffeur de taxi, arrêté pour une infraction, puis menotté à un véhicule de police qui l'a traîné dans les rues d'une banlieue de Johannesburg.

par
AFP/

<b>Attention:</b> Images choquantes.

Les faits, qui remontent à mardi, ont été filmés par un passant, et montre ce jeune Mozambicain de 27 ans traîné dans les rues sous les yeux d'une large foule choquée à Daveyton. Une demi-douzaine de policiers en uniforme, dont l'un brandissant son arme de service sans précaution, sont très visibles sur cette vidéo diffusée à la télévision.

Appel au calme

Le jeune chauffeur, identifié dans les médias sud-africains comme Mido Macia, est mort ensuite en détention. Il aurait aussi été tabassé dans sa cellule, selon des informations de presse. «Nous enquêtons sur un incident impliquant le décès d'un homme, apparemment entre les mains de la police. Nous sommes choqués par la vidéo diffusée», a indiqué à l'AFP Moses Dlamini, porte-parole de l'IPID, la police des polices.

«Les circonstances entourant sa mort restent pour l'heure des allégations... attendons de savoir ce qui s'est réellement passé», a-t-il ajouté, en précisant que l'homme aurait tenté de désarmer un officier de police. La patronne de la police nationale sud-africaine Riah Phiyega a réagi rapidement, indiquant que «l'affaire était prise très au sérieux et fortement condamnée», appelant la population à «continuer de signaler tous les agissements criminels peu importe qui ils impliquent».

bavures récurrentes

La police sud-africaine est connue pour son manque de formation et ses méthodes parfois brutales: la police des polices a été saisie de 712 bavures sur la seule période de avril 2011 à mars 2012. Cette affaire ajoute à la piètre image de la police sud-africaine, ternie par la corruption, défaillante en matière de maintien de l'ordre et encline à tirer dans le tas comme en août 2012 à Marikana où 34 mineurs en grève ont été tués, et approximative dans la conduite d'enquêtes criminelles comme l'a montré récemment l'affaire Pistorius. «Cet incident épouvantable impliquant l'usage disproportionné de la force est le dernier en date d'un mode de conduite brutale de la police en Afrique du Sud de plus en plus dérangeant», a commenté le responsable d'Amnesty International pour l'Afrique australe, Noel Kututwa.

Votre opinion