13.10.2020 à 14:01

JuraUn nid de frelons asiatiques délogé à 38 mètres de hauteur

Une opération périlleuse s’est déroulée mardi matin au Noirmont sur un grand frêne. Avec succès.

par
Vincent Donzé
Porté par le scientifique Lukas Seehausen, le premier nid repéré dans le Jura mesurait 60 cm de diamètre.

Porté par le scientifique Lukas Seehausen, le premier nid repéré dans le Jura mesurait 60 cm de diamètre.

DR

Un nid de frelons asiatiques a été délogé ce mardi matin sur un grand frêne jurassien, dans les côtes du Doubs. L’opération périlleuse s’est déroulée à 38 mètres d’altitude, dans un lieu difficile d’accès. «Tous les frelons sont morts et personne n’a été piqué», se félicite le désinfestateur Patrick Sauvain.

Pour envoyer un nuage de poudre mortelle, un tube de 40 mètres a été déployé dans le frêne. «Le nid de 50 cm de diamètre pouvait contenir 200 frelons, mais aussi des larves», estime Patrick Sauvain. L’espoir, c’est qu’aucune reine ne se soit échappée pour former une nouvelle colonie. Mais le risque d’une invasion vient aussi de France.

Pour affronter 200 frelons, mieux valait porter une combinaison fournie par «Sauvain Désinfection».

Pour affronter 200 frelons, mieux valait porter une combinaison fournie par «Sauvain Désinfection».

DR

L’opération menée sous l’égide de l’Office jurassien de l’environnement a impliqué l’entreprise de cordage Arbro Service de Laurent Cattin, vêtu d’une combinaison et resté à six mètres du nid en tenant le tuyau que Patrick Sauvain lui a transmis. L’insecticide injecté dans le nid contenait de la perméthrine et formait un mélange très volatil.

«Les frelons asiatiques ne diffèrent pas des européens pour les humains, mais ils attaquent les abeilles par un vol stationnaire devant les ruches», détaille Patrick Sauvain, qui avait pris soin de préparer des seringues d’atropine.

Il a fallu grimper à 32 mètres, six mètres sous le nid construit dans un frêne.

Il a fallu grimper à 32 mètres, six mètres sous le nid construit dans un frêne.

DR

Le seul nid répertorié dans le Jura l’a été en fixant de minuscules radio émetteurs - des balises pesant 300 milligrammes - sur deux insectes attrapés au moyen de filets à papillons devant les ruches de l’apiculteur Pierre Froidevaux.

En 24 heures, les deux spécimens marqués par des pastilles de couleurs différentes ont regagné leur colonie sur les côtes du Doubs, au lieu-dit «Chez Le Bolé». Ces mouchards ont permis à l’entomologiste Lukas Seehausen, du centre de recherche Cabi, de repérer le nid vendredi dernier.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
21 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

RTSR

14.10.2020 à 10:13

Vu que ces faits concernent le Jura, la TSR va en faire tout un plat, bégayements et invités compris, au TJ.

Julia

13.10.2020 à 17:21

Tous les êtres vivant ont le droit de vivre

geneve1293

13.10.2020 à 17:06

évidemment elles ont dû traverser un des 4 pays pour venir chez nous😂