Chavannes-près-Renens (VD): Un nouveau campus dédié à la santé près de l’Université de Lausanne
Publié

Chavannes-près-Renens (VD)Un nouveau campus dédié à la santé près de l’Université de Lausanne

Constitué de deux bâtiments principaux, le campus sera un centre de formation pour les professionnels de la santé. Il fera partie d’un nouveau quartier qui accueillera près de 2500 étudiants et habitants dès 2024.

Le «Campus Santé» est constitué de deux bâtiments principaux, un Centre coordonné de compétences cliniques et un bâtiment pour la Haute école de santé Vaud, ainsi que d’un troisième bâtiment dédié à des logements étudiants.

Le «Campus Santé» est constitué de deux bâtiments principaux, un Centre coordonné de compétences cliniques et un bâtiment pour la Haute école de santé Vaud, ainsi que d’un troisième bâtiment dédié à des logements étudiants.

hesav.ch/campus-sante

Après douze années de gestation, un campus dédié à la santé verra le jour à Chavannes-près-Renens (VD), près de l’Université de Lausanne. Il fera partie d’un nouveau quartier universitaire et urbain d’une dizaine d’hectares à l’est de cette commune: les «Côtes de la Bourdonnette» accueilleront dès 2024 environ 2500 étudiants, habitants et emplois.

«C’est un projet d’envergure, un véritable morceau de ville qui va être construit pour un budget total d’environ un demi-milliard de francs», a déclaré mardi le conseiller d’État Pascal Broulis devant la presse. Avec ses collègues Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz également présentes à Chavannes-près-Renens, ils ont évoqué un futur «site stratégique pour répondre aux défis de la formation dans les domaines de la santé et de l’enseignement».

Ce vaste quartier de 100’000 m2 se situera à proximité de l’UNIL et de l’EPFL, de l’autre côté de l’autoroute A1, direction nord, pratiquement en face des bâtiments de l’UNIL. Le plan d’affectation (PA) des «Côtes de la Bourdonnette» est à l’enquête publique jusqu’au 14 décembre prochain.

Simulation et interdisciplinarité

Le sud de cette zone comprendra en premier lieu le «Campus Santé», constitué de deux bâtiments principaux: un Centre coordonné de compétences cliniques (C4) et un bâtiment pour la Haute école de santé Vaud (HESAV). Ce campus offrira «un pôle de compétences et de référence nationale dans le domaine de la formation des professions de la santé», a affirmé la cheffe de la santé Rebecca Ruiz. Près d’un tiers de personnel soignant supplémentaire pourra ainsi être formé à terme, selon le canton.

Le C4, de forme circulaire, sera exploité en commun par la HESAV, la Haute école de Santé La Source, la Faculté de biologie et de médecine de l’UNIL et le CHUV (formation continue). Il sera dédié à la formation en environnement clinique simulé et misera beaucoup sur l’interdisciplinarité, a expliqué le gouvernement. Entre 200 et 400 étudiants y seront formés.

Le bâtiment HESAV sera, lui, dévolu à la formation d’étudiants en soins infirmiers, physiothérapie, technique en radiologie médicale, ergothérapie et sage-femme. Ces cinq filières seront regroupées en un même lieu de 23’000 m2 et formeront 1500 étudiants (contre 1100 actuellement). Budget pour ces deux bâtiments emblématiques du campus: 141 millions de francs, à charge de l’État de Vaud.

Le site comprendra un troisième bâtiment dédié à des logements étudiants. Il sera financé et réalisé par la Fondation Maisons pour Étudiants Lausanne (FMEL) – celle qui gère déjà le Vortex – pour un montant de 60 millions de francs. Quelque 550 étudiants pourront s’y installer.

Extension de la HEP

Ces trois premiers ouvrages, résultats d’un concours d’architecture mené en 2016 (remporté par un bureau zurichois) et développés parallèlement, seront soumis à l’enquête publique dès le début 2021. Leur inauguration est prévue entre la rentrée et décembre 2024.

Un quatrième bâtiment est par ailleurs à l’étude. Il abritera l’extension de la Haute École pédagogique (HEP), située à Lausanne. Il permettra d’augmenter sa capacité de 3000 à 3400 étudiants dès 2025, année de sa mise en service.

Le nord de ce nouveau quartier universitaire et urbain prévoit pour sa part des logements, des équipements scolaires et parascolaires, avec un accent important mis sur les espaces verts et publics. Propriétaire foncier de l’immense majorité du secteur des «Côtes de la Bourdonnette», le canton a décidé il y a sept ans de transférer cette partie nord à sa Caisse de pensions (CPEV).

Au total, près de 600 logements seront réalisés et accueilleront environ 1300 habitants et emplois. Développé et financé par la CPEV, son budget est estimé à 300 millions de francs. Le début des travaux est prévu en 2023 et ils devraient se terminer en 2025.

(ATS/NXP)

Votre opinion