Publié

BonheurUn nouveau foyer pour le survivant «Oskar Fox»

Le chat qui avait fait Athènes-Zurich par -50 degrés dans le train d’atterrissage d’un avion de Swiss a été adopté par le technicien qui l’avait découvert.

Le chaton, après deux mois de convalescence dans un centre d'accueil pour les animaux voisin de l'aéroport, a été adopté par Albert Stutz, le technicien de la compagnie Swiss qui l’avait découvert transi de froid dans l’Airbus. Albert et son épouse Irene sont allés chercher «Oskar Fox» hier dans le centre Pfötli pour l'emmener dans leur maison avec grand jardin, à Kloten.

«Oskar» rejoint ainsi le bouvier bernois de la famille, qui se réjouit de retrouver un compagnon depuis la mort de vieillesse du dernier chat, il y a un an. Et depuis le départ des enfants. «Le chat se porte à merveille, explique Albert. Il pourra sortir quand il veut, ce ne sera pas un chat de salon.» Est-ce qu'«Oskar» parle suisse allemand ou le couple a-t-il dû se mettre au grec? «Non, non, on se comprend très bien», rigole l’employé de Swiss.

Soigné et vacciné

Au terme de son aventure éprouvante, le chaton, âgé de quelques mois seulement, avait été recueilli par le Service de protection des animaux et examiné par un vétérinaire, qui l’avait gardé en observation pendant quatre jours. Il avait ensuite été placé dans le refuge Pfötli pour animaux, à Winkel, qui l’a vacciné et dorloté pendant sa convalescence.

Trois heures à -50 degrés

Le 1er août, le vol LX 1843 avait été retardé après qu'un employé a repéré la présence du chat dans le train d’atterrissage. Mais, au terme d’une recherche infructueuse de deux heures, le commandant de bord avait finalement décidé de décoller.

Grande fut sa surprise de découvrir peu après l’atterrissage à Zurich un gentil minou ayant survécu à un vol à 10 000 mètres d’altitude et à des températures pouvant atteindre moins 50 degrés.

Les employés de l'aéroport l'avaient alors baptisé «Oscar Fox», des deux dernières initiales de l’immatriculation de l’avion (HB-IOF).

Votre opinion