Europe – Un nouveau premier ministre en Macédoine du Nord
Publié

EuropeUn nouveau premier ministre en Macédoine du Nord

Après plus de deux mois de crise politique, la Macédoine du Nord s’est enfin dotée dimanche d’un nouveau premier ministre, Dimitar Kovacevski.

Dimitar Kovacevski, au Parlement macédonien, à Skopje, dimanche 16 janvier 2022.

Dimitar Kovacevski, au Parlement macédonien, à Skopje, dimanche 16 janvier 2022.

AFP

Le Parlement de Macédoine du Nord a élu dimanche le social-démocrate Dimitar Kovacevski au poste de premier ministre après plus de deux mois de crise politique. Le nouveau gouvernement de coalition, emmené par le parti social démocrate (SDSM) de Dimitar Kovacevski, a été soutenu par 62 députés contre 56.

Ministre adjoint aux Finances dans le précédent gouvernement, Dimitar Kovacevski succède à Zoran Zaev, qui a démissionné en décembre après une lourde défaite de son parti aux élections municipales. En présentant son programme au Parlement samedi, Dimitar Kovacevski, 47 ans, a assuré que l’objectif prioritaire de son équipe serait «une croissance économique durable et plus forte».

Celui qui a pris la tête du SDSM en décembre a aussi promis de s’attaquer à la crise énergétique du pays et d’essayer de se rapprocher de l’Union européenne. Le précédent gouvernement, aussi mené par le SDSM, avait survécu à un vote de défiance en novembre après des semaines de négociations avec les petits partis.

Adhésion à l’UE

Depuis lors, l’opposition accusait le gouvernement de manquer de légitimité et appelait à des élections anticipées. Dimitar Kovacevski a répété que le scrutin se déroulerait comme prévu en 2024. Dans ses fonctions de ministre adjoint des Finances, Dimitar Kovacevski, docteur en économie, ne s’était pas fait remarquer. Les observateurs politiques se sont interrogés sur sa capacité à négocier les défis auxquels le pays est exposé.

En politique intérieure, il devra composer avec les relations complexes entre les partis de la coalition et combattre la corruption qui entrave l’économie du pays. En politique extérieure, l’enjeu principal devrait être de faire avancer les pourparlers pour une adhésion à l’Union européenne, bloqués par l’opposition de la Bulgarie.

En 2019, le pays a ajouté la mention «du Nord» à son nom officiel afin de se distinguer de la province grecque de Macédoine. Cette modification, condition préalable pour ouvrir la voie à une adhésion à l’UE, lui a permis de rejoindre l’OTAN. Mais en raison de différends sur des questions historiques et sur l’origine de la langue macédonienne, la Bulgarie continue de faire obstacle à une adhésion à l’UE.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires