Spectaculaire: Un nuage en forme de rouleau écrase l'Australie
Publié

SpectaculaireUn nuage en forme de rouleau écrase l'Australie

Un impressionnant nuage roulant fait le buzz sur le Web. Des formations de ce type apparaissent aussi en Suisse. Sont-elles inquiétantes?

par
Pascale Bieri
1 / 9
Le «Morning Glory Cloud», comme on l'appelle, est un nuage en forme de rouleau mesurant jusqu'à 1000 km de long, 1 à 2 km de haut et pouvant atteindre une vitesse de déplacement de 40 km/h.

Le «Morning Glory Cloud», comme on l'appelle, est un nuage en forme de rouleau mesurant jusqu'à 1000 km de long, 1 à 2 km de haut et pouvant atteindre une vitesse de déplacement de 40 km/h.

Facebook/Deborah Toop
Heureusement pour le Queensland, les arcus sont moins dévastateurs que les cyclones.

Heureusement pour le Queensland, les arcus sont moins dévastateurs que les cyclones.

DR
Le phénomène est aussi impressionnant que rare: en Suisse, de tels nuages se forment entre 0 et 4 fois par été.

Le phénomène est aussi impressionnant que rare: en Suisse, de tels nuages se forment entre 0 et 4 fois par été.

DR

En l’espace de quelques heures, un étrange nuage aux airs de rouleau compresseur s’est emparé de l’ensemble de la planète, via les réseaux sociaux. Fascinant et intrigant. Observée en Australie – dans le Queensland (nord-est de l’île), qui borde la mer de Corail et a été secoué par un violent cyclone en mars dernier –, cette masse «roulante» d’une dizaine de kilomètres de long est, de fait, un événement exceptionnel.

Mais un tel phénomène est-il ravageur et pourrait-il se produire en Suisse? Oui et non… Une réponse de Normand, car ce nuage, baptisé «arcus», s’observe de temps en temps dans notre pays. «Entre 0 et 4 fois par été», souligne Nicolas Borgognon, de MeteoNews.

Chez nous, il n’atteindrait toutefois jamais une telle longueur, et surtout il n’apparaîtrait pas dans un ciel dégagé mais, au contraire, déjà fortement couvert. C’est la présence conjointe de l’océan et d’une région désertique (surchauffée et sans obstacle) qui a donc rendu une telle formation possible.

En 2005 dans l’arc lémanique

Plus globalement, l’arcus est la conséquence d’un changement de masse d’air, froid à l’arrière et plus chaud à l’avant, explique le météorologue. Par ailleurs, cette masse nuageuse, qui se forme toujours à basse altitude, est en principe – il y a des exceptions – annonciatrice d’un violent orage. «Elle précède souvent un front de rafales, avec une forte zone de pluie à l’arrière, voire de la grêle.»

Quant à l’aspect roulant du nuage, il est généralement plus ou moins spectaculaire, en fonction de la lumière. Voire carrément inquiétant, comme en mai dernier près de Paris, où, là aussi, de très nombreuses photos ont été postées sur les réseaux sociaux. Avec des commentaires d’internautes, assurant qu’«on se serait cru dans «Independence Day».

En Suisse, ce type de formation s’observe généralement lorsque le ciel s’assombrit par l’ouest et progresse vers l’est. Ainsi, de Genève à Lausanne ou d’Yverdon vers Lausanne. «L’un des événements les plus spectaculaires date de juillet 2005», souligne Nicolas Borgognon. Le haut du lac Léman avait alors été ravagé par de violents orages de grêle, avec des pointes à plus de 160 km/h.

Votre opinion