Turquie: Un oiseau contraint un avion à atterrir

Publié

TurquieUn oiseau contraint un avion à atterrir

Le réacteur d'un appareil de Qatar Airways a pris feu, jeudi, forçant le commandant à un atterrissage d'urgence.

L'incident s'est produit après le décollage.

L'incident s'est produit après le décollage.

Reuters

Un avion de Qatar Airways a dû effectuer un atterrissage d'urgence jeudi, l'un de ses réacteurs ayant pris feu après avoir happé un oiseau au décollage d'Istanbul, a indiqué la compagnie. L'incident s'est produit après le décollage de l'aéroport Ataturk d'Istanbul et l'avion est revenu s'y poser, selon la compagnie.

«Qatar Airways peut confirmer que (l'avion assurant) le vol QR240 au départ de l'aéroport Ataturk et en direction de Doha est retourné à Istanbul où il s'est posé en toute sécurité», a indiqué la compagnie dans un communiqué.

«Les passagers ont débarqué normalement et le pilote a suivi les consignes de sécurité de Qatar Airways», ajoute la compagnie.

Avion de remplacement

Quatorze membres d'équipage et 298 passagers étaient à bord de l'avion de Qatar Airways, l'une des trois grosses compagnies du Golfe avec Emirates de Dubaï et Etihad d'Abou Dhabi. Un avion de remplacement a déjà atterri en Turquie, a indiqué Qatar Airways en assurant que «tous les besoins des passagers seront satisfaits».

Selon les médias turcs et des sites suivant les mouvements de l'aviation civile, l'appareil impliqué dans l'incident est un Airbus A330.

Réacteur gauche touché

Le pilote a demandé à la tour de contrôle de pouvoir se reposer à l'aéroport Ataturk après le décollage, a indiqué l'agence de presse turque Anadolu, précisant que le réacteur gauche avait été touché.

Un porte-parole d'Airbus a indiqué à l'AFP que ce genre d'accident est «rare» mais que sa société n'avait pas été officiellement informée du type d'avion impliqué dans l'incident.

Qatar Airways assure deux vols quotidiens entre Doha et Istanbul.

Faucons ou systèmes

Les aéroports sont équipés de systèmes qui, en fonction des flux migratoires, effraient les oiseaux pour éviter que les avions ne les croisent en phase de décollage ou d'atterrissage. D'autres utilisent des faucons dressés pour garder les oiseaux loin des pistes d'atterrissage.

Par ailleurs, des tests de résistance, notamment des pare-brise, sont effectués sur les avions avec des jets de carcasses de poulets. Les certifications des moteurs passent également par ce type de tests.

Procédure prévue

En cas d'ingestion aviaire, ce sont les palettes du réacteur qui cassent et le moteur peut à ce moment-là prendre feu. Mais le feu peut être contenu grâce à des systèmes notamment d'extinction qui peuvent être actionnés.

L'avion peut continuer à voler avec un seul réacteur et la procédure prévoit qu'il fasse demi tour pour se poser, ce qui a été le cas à Istanbul.

(ats/afp)

Ton opinion