Russie: Un opposant relâché après 15 mois de camp

Publié

RussieUn opposant relâché après 15 mois de camp

Ildar Dadine avait été condamné à deux ans et demi de camp pour «manifestations non autorisées».

Ildar Dadine était considéré comme prisonnier de conscience par Amnesty International.

Ildar Dadine était considéré comme prisonnier de conscience par Amnesty International.

AFP

Un opposant russe emblématique, Ildar Dadine, a été relâché sur ordre de la Cour suprême russe, qui a annulé la sentence prononcée en décembre 2015. Il était emprisonné depuis 15 mois dans un camp particulièrement dur de Sibérie.

M. Dadine, 34 ans, avait été condamné à deux ans et demi de camp pour «manifestations non autorisées». Il était le premier opposant pacifique à être condamné selon une loi de 2014 prévoyant jusqu'à cinq ans de camp pour quiconque organisait plus de deux manifestations non autorisées en l'espace de six mois.

Cette loi avait été dénoncée par toutes les organisations de défense des droits de l'Homme. La décision cette semaine de la Cour suprême, jugeant que les peines prévues par cette loi étaient totalement disproportionnées pour des manifestants pacifiques, leur a redonné un peu d'espoir face à l'offensive législative du président Vladimir Poutine pour museler l'opposition.

«Je vais continuer à me battre contre le régime fasciste de Poutine, et pour que les droits de l'Homme soient respectés en Russie», a déclaré M. Dadine à la chaîne de télévision indépendante sur internet Dojd.

Accusation de torture

Ildar Dadine a été détenu quinze mois dans un camp situé en Carélie, dans le nord-ouest de la Russie. Les conditions y sont particulièrement dures et il avait déclaré y avoir été torturé il y a quelques mois.

L'administration pénitentiaire russe avait immédiatement démenti en le qualifiant de «simulateur». Mais une ONG russe a publié en novembre des témoignages recueillis auprès d'autres détenus ou anciens détenus confirmant l'usage de la torture dans ce camp.

M. Dadine était considéré comme prisonnier de conscience par Amnesty International.

(ats)

Ton opinion