Roumanie: Un ours se baladant sur les toits d'une ville abattu

Publié

RoumanieUn ours se baladant sur les toits d'une ville abattu

L'animal, qui ne semblait pas agressif, a été abattu par la police locale. L'émotion est vive en Roumanie.

Une enquête va avoir lieu.

Une enquête va avoir lieu.

AFP

La décision mercredi d'abattre un ours qui jouait les promeneurs dans le centre d'une ville roumaine a suscité jeudi la «stupéfaction» du chef de l'Etat, une enquête ministérielle et les condamnations des écologistes.

Le ministère de l'Environnement souhaite notamment vérifier si le sacrifice du plantigrade était inévitable, alors que l'ours est une espèce protégée en Roumanie.

Le président roumain Klaus Iohannis a confié, en marge d'une manifestation publique, qu'il avait suivi «stupéfait» les pérégrinations de l'animal dans le centre ville de Sibiu (centre) où il s'est promené de toit en toit, devant la mairie, dans un grenier et dans une cour, avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

«L'ours ne paraissait pas agressif», a relevé le chef de l'Etat, estimant que l'ours aurait dû être «tranquillisé» et réclamant des «procédures claires» pour ce type de situation.

L'unique solution?

Le sort de l'ours de six ans a ému nombre de Roumains qui ont mis en doute la version des autorités locales selon lesquelles l'abattage avait été l'unique solution après l'échec d'une tentative de tranquillisation.

L'association «Milioane de prieteni» (Des millions d'amis), qui a créé à Zarnesti (centre) un refuge pour ours sauvés de la captivité, a dénoncé «un crime». Les autorités «auraient dû le protéger, créer un couloir pour le renvoyer dans la forêt, et pas le tuer», s'est insurgée sa présidente, Cristina Lapis.

La police devra également enquêter sur les circonstances dans lesquelles cet animal est apparu en ville, dans une région où les ours bruns sont rares. L'hypothèse d'un animal en captivité illégale a été soulevée.

La Roumanie compte environ 6000 ours bruns, soit 60% de la population de ces plantigrades en Europe.

(AFP)

Ton opinion